Fillon contre Juppé : les jeux sont-ils faits ?

  • A
  • A
Le portrait de Catherine Nay est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Malgré l'avance écrasante de Fillon dans les sondages, le deuxième tour des primaires à droite s'annonce tout sauf simple.

Qui va gagner demain : Juppé ou Fillon ? Les deux ont jeté leurs dernières forces hier en meeting, mais les jeux sont-ils faits pour autant ?

Les sondages vont dans le même sens : François Fillon devrait battre largement Alain Juppé au second tour. Les polémiques lancées par le maire de Bordeaux n'ont pas été très productives. Selon l'IFOP on a même vu monter une part "d'anti-juppéisme". Mais les comportements électoraux sont de plus en plus difficiles à prévoir, de plus en plus "volatiles". "Je suis très confiant" a dit Alain Juppé hier soir, "car on a bien vu la différence entre nos deux projets." 

Fillon / Juppé c'est le choc binaire entre deux types de droite.

L'un se définit comme "libéral réaliste", l'autre comme "libéral réaliste". A 80% ils sont d'accord, la différence vient du fait que François Fillon désire assumer une droite volontariste alors que Juppé s'inquiète du projet Fillon, "trop brutal". 

Une inconnue tout de même, est-ce que la gauche va se mobiliser alors que Nicolas Sarkozy n'est plus dans la course ?

Un sondage Elabe montre que 15% des quatre millions de votants au premier tour de la primaire, auraient été des sympathisants de gauche. C'est tout de même 600 000 personnes ! L'objectif était de battre Nicolas Sarkozy. "Pour deux euros, on se paye Sarkozy !" pouvait-on entendre dans les bureaux de vote. Est-ce que "l'anti-fillonnisme" est aussi fort ? Son projet de remboursement de la Sécu ou de non-remplacement de fonctionnaires peut les faire revenir aux urnes. Si Alain Juppé est élu dimanche, le camp des fillonnistes l'accusera d'avoir été "élu par la gauche", mais ça c'est le risque de la primaire ! Le fait de devoir signer une charte ne décourage personne... Ce qui donne d'ailleurs des idées à Montebourg, qui invite les sympathisants de droite à venir voter à la primaire de gauche pour éliminer François Hollande ! Du coup, à l'Elysée on se demande si c'est vraiment une bonne idée de passer par la primaire.

Est-ce que les sarkozystes déçus vont bouder les urnes demain ?

Dans leur grande majorité, ils suivront les consignes du chef. Dimanche soir, sitôt la défaite reconnue, Nicolas Sarkozy a fait ses adieux a la politique et a exprimé son choix. "Quels que soient mes désaccords passés avec lui, François Fillon me paraît le mieux avoir compris les défis pour la France. Je voterai pour lui au deuxième tour." Une sortie que ses adversaires ont jugé de très grande classe.

Un engagement sans bavure ?

Oui mais quelques sarkozystes pourraient traîner les pieds, car on se souvient de quelques flêches tirées par François Fillon. A l'image de sa sortie : "Imagine-t-on le général De Gaulle mis en examen ?" Quel que soit le vainqueur de demain il devra rassembler la famille...