"Avec Christine Lagarde à la tête de la BCE, Emmanuel Macron a écarté le risque d'une politique monétaire ultra orthodoxe"

SAISON 2018 - 2019 , modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Ce samedi, Catherine Nay décrypte les nominations à la tête des institutions de l'Union européenne.

A Bruxelles, on a eu peur. La négociation risquait de tourner au fiasco intégral jusqu'à ce coup de théâtre. Deux femmes héritent des deux piliers, économique et politique de l'Union. A la manœuvre, Emmanuel Macron. Et en arrière-plan, une victoire évident pour le couple franco-allemand qui en avait bien besoin.

Tout cela est vrai. La paternité de cet accord revient au président Macron. Il avait beaucoup irrité la Chancelière et surtout les Allemands en s'opposant à Manfred Weber, le Bavarois, son allié de la CSU, qu'elle soutenait. Et lui n'en voulait à aucun prix parce qu'il disait 'il n'a pas assez d'envergure pour présider la Commission européenne". Madame Merkel a eu un plan B pour faire plaisir cette fois au SPD qui gouverne avec elle. Elle a poussé le social-démocrate, le Néerlandais Frans Timmermans. Cette fois, les conservateurs européens ne voulaient pas d'un homme de gauche. Macron non plus, qui le jugeait en plus trop anti-Français.

C'était l'impasse jusqu'à ce coup de génie : proposer la candidature d'Ursula von der Leyen, ministre de la défense, grande amie de la Chancelière puisqu'elle a participé à tous ces gouvernements depuis quatorze ans. Une sortie par le haut pour Angela puisqu'une Allemande est à la tête de la Commission.

Mais Ursula von der Leyen n'est pas populaire en Allemagne ?

Non, pas du tout. C'est une femme assez extraordinaire, très francophone, diplômée de la London School of Economics, gynécologue, mère de sept enfants. Elle a été ministre du Travail, ministre de la Famille, aujourd'hui, ministre de la Défense. Or, il faut le savoir, on ne peut pas être populaire à ce poste en Allemagne, pays qui n'a aucune doctrine militaire, qui vend des armes, certes, mais dont l'armée est dans un état pitoyable, sous-équipée, qui peine à recruter. La ministre a d'ailleurs été la première à féminiser l'armée allemande. Et elle ose dire aux Allemands que le plus gros dossier d'avenir de l'Europe, c'est sa défense parce que l'Otan n'est plus leur assurance-vie. 

Après, tout s'est enchaîné, comme le voulait Emmanuel Macron...

Christine Lagarde à la Banque centrale européenne (BCE), c'est son idée à lui. Mais comme Angela Merkel respecte beaucoup Madame Lagarde, venue souvent la visiter à Berlin depuis huit ans ; et avec elle à la tête de la BCE, Emmanuel Macron a écarté le gros risque d'une politique monétaire ultra orthodoxe, trop allemande. Il ne voulait pas d'un Allemand. Donc Madame Lagarde devrait poursuivre, croit-il, la politique accommodante de Mario Draghi auquel elle va succéder si le Parlement européen valide ces deux nominations. Le vote aura lieu le 16 juillet.

Ajoutons qu'avec Charles Michel au Conseil européen, Emmanuel Macron dispose en plus d'un allié très précieux...

Le Premier ministre belge a toujours montré ses convergences de vue avec lui. C'est le premier des macronistes en Europe.

Conclusion ?

Il n'y a qu'à lire la presse européenne. L'activisme d'Emmanuel Macron a remis la France dans le jeu pour avoir propulsé deux femmes à des postes aussi prestigieux. On loue sa modernité. Il a montré que l'immobilisme n'est pas une option et que le couple franco-allemand est toujours un moteur.

Certes, la Chancelière a un peu perdu de son aura et puis, on s'interroge : a-t-elle la santé pour continuer ? ON s'inquiète pour elle. Elle a beaucoup changé physiquement ces derniers temps. Ses premiers tremblements étaient dus à la canicule, mais les seconds ? Son mandat se termine en 2021 et elle a toujours dit 'Je resterai sauf si ma santé s'y oppose.'."

Les émissions précédentes