Affaire "Pénélope Fillon" : à qui profite le crime ?

  • A
  • A
Le portrait de Catherine Nay est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

Le jusqu'ici très "propre sur lui" François Fillon est entaché d'un premier scandale. D'où vient l'attaque se demande Catherine Nay ?

François Fillon tient un meeting demain Porte de la Villette. On attend 10 000 personnes. Evidemment, la polémique sur l'emploi de son épouse Pénélope va brouiller cette nouvelle séquence.

Oui depuis son impressionnante victoire à la primaire, François Fillon n'a pas vraiment connu d'état de grâce. Très vite les attaques sont venues sur son projet de réforme de la sécurité sociale. Il a inquiété. La riposte a sans doute trop tardé à venir. Puis voilà qu'éclate "la bombe" : l'article du Canard Enchaîné. A peine avait-il le temps de parler de "boule puante" depuis Bordeaux, qu'une enquête est ouverte par le parquet pour "suspicion d'emploi fictif"de détournement de fond publique. Des accusations potentiellement dévastatrices. Le soir il est monté au front sur TF1. On a vu un homme solide dans la tempête, maître de lui, même si l'émotion affleurait. Il a dénoncé des calomnies, assuré que le travail de sa femme était légal. Affirmant même "sans cette collaboration de mon épouse je ne serais pas où je suis." Des affirmations sûrement vraies. 

A-t-il convaincu pour autant ?

Seuls les sondages le diront. L'enquête préliminaire a commencé hier, avec trois auditions. François Fillon et sa femme seront entendus et un rapport sera remis à un procureur. Quand ? Dans quinze jours, trois semaines ? Mais nous sommes à déjà 84 jours de la présidentielle ! Le rapport fuitera sûrement dans la presse... La procureur a deux options : soit elle n'ouvre pas d'information judiciaire et François Fillon et tranquille, dans le cas contraire un juge serait nommé, ce qui équivaudrait à une mise en examen. François Fillon n'a pas dissipé l'incertitude ambiante sur son choix dans ce cas de figure. En tout cas il y a une tâche sur son costume de chevalier blanc. Son mur porteur était l'honnêteté et la probité. Durant toute sa vie politique il n'avait jamais été soupçonné. Justement parce qu'il avait ce profil, il pouvait - croyait-on - imposer aux Français des sacrifices pour redresser le pays.

Quoi qu'il en soit il est atteint ?

Oui car dans toutes les permanences, les députés de droite témoignent que les gens ne parlent que de ça. Qu'il ait réellement employé sa femme, ça ils y croient. Ce qui choque, dans un pays où le salaire médian est de 1772 euros, c'est le montant de la rémunération : 7 900 euros pour être assistante du suppléant de François Fillon ! Après ça, difficile de dire aux fonctionnaires : travaillez plus pour gagner moins. A partir de demain, il devra mettre tout son talent à convaincre qu'il est le seul à réformer.

Une question se pose : d'où peuvent venir ces révélations ?

De tous ceux qui lui veulent du mal, ils sont nombreux. Déjà à gauche. Durant le débat de la Belle Alliance Populaire, François Fillon étaient la cible de tous les candidats. Dans son camp il n'a pas que des amis. Cet introverti engendre plus de déceptions que d'élans vers sa personne... mais de là à vouloir le détruire, ce serait scier la branche sur laquelle on est ! Et puis la droite n'a pas de plan B. Alain Juppé a déjà déclaré ne pas vouloir revenir dans la course. Alors qui ? Qui aurait pu avoir accès aux déclarations de patrimoine et de revenus des élus ? Qui, des services fiscaux de Bercy ou de l'Assemblée Nationale étaient en mesure d'extraire cette information ? Quelques personnes seulement, sûrement mal intentionnées. A qui cela profite ? A Emmanuel Macron sans doute, à Marine Le Pen peut-être... à l'abstention certainement !