Julien Courbet en prime sur M6, l’explosion du streaming, Facebook et Twitter s’en prennent à Trump et une première dans "Danse avec les stars"

  • A
  • A
7:11
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Le cabinet PriceWaterhouseCoopers a publié cette semaine une étude sur le marché du streaming et prédit que certaines plateformes majeures ne passeront pas l’année 2024. Julien Courbert s’apprête à débarquer en quotidienne sur M6 pour une émission qui aura le même concept que son émission "Ça peut vous arriver", diffusée sur RTL depuis 20 ans. L’émission britannique "Strictly Come Dancing" s’apprête à accueillir son premier binôme de même sexe, puisque deux femmes, une célébrité et une danseuse professionnelle, danseront ensemble cette saison.

La mort de certains services de streaming en 2024 ?

Le cabinet PriceWaterhouseCoopers a publié cette semaine une étude sur le marché du streaming, et les prédictions sont à la fois extrêmement favorables et terriblement pessimistes : le marché du streaming va exploser, mais certaines plateformes majeures ne passeront pas l’année 2024.

Comment ça se fait ?

Côté pile, l’explosion annoncée du streaming est d’ores et déjà enclenchée, pas de surprise à ce niveau-là. En chiffres, le marché devrait doubler de valeur d’ici 2024 pour atteindre 86 milliards de dollars. Il passera donc devant le marché de la télévision traditionnelle.

Mais côté face, deux phénomènes devraient se conjuguer dans les années à venir. Les analystes leur ont trouvé deux jolis petits noms : la "fatigue de l’abonnement" et "l’apogée du portefeuille". En clair : les gens seront lassés de devoir s’abonner à un autre service de VOD et leurs finances personnelles les en empêcheront parfois.

Qu’est-ce qui va se passer ?

Le cabinet part du principe que les téléspectateurs ne sont prêts à s’abonner qu’à trois ou quatre services simultanément. Pas plus. Ils devront donc choisir parmi une offre qui ne cesse de se diversifier. Par conséquent, PriceWaterhouseCoopers prévoit des victimes, même parmi les mastodontes du secteur.

Selon le rapport, l’époque du monopole de Netflix ne sera bientôt plus que de l’histoire ancienne et ceux qui s’en sortiront le mieux seront ceux qui proposent des packs. Une bonne nouvelle côté français pour Canal+, qui a d’ores et déjà lancé cette stratégie d’agrégateur de services, en s’alliant avec OCS, Netflix et plus récemment Disney+.

Une bonne nouvelle pour Julien Courbet.

L’animateur de "Capital" sur M6 s’apprête à débarquer en quotidienne sur la chaîne. Il en rêvait depuis des années, il proposera une version télé de son émission de radio "Ça peut vous arriver", diffusée sur RTL depuis 20 ans. Et M6 a précisé auprès du "Parisien" qu’il ne s’agirait pas d’une captation de l’émission de radio. Avant la fin de l’année, Julien Courbet résoudra donc chaque jour, à la radio puis à la télé, les problèmes du quotidien des Français avec leur assurance, leur vendeur de voiture ou leur cuisiniste par exemple. Cette mise en avant de l’animateur s’inscrit dans la stratégie de synergies du groupe M6, qui a racheté la radio en 2016. Les animateurs de la station sont de plus en plus nombreux sur la chaîne, et inversement : Flavie Flament est ainsi passée de la radio à la télé, par exemple, tandis qu’Ophélie Meunier et Karine Le Marchand sont passées de la télé à la radio.

De la radio à la piste de danse

On passe au parquet de "Danse avec les stars" outre-Manche, plus précisément. L’émission britannique "Strictly Come Dancing" s’apprête à accueillir son premier binôme de même sexe, puisque deux femmes, une célébrité et une danseuse professionnelle, danseront ensemble cette saison. La championne de boxe Nicola Adams, médaillée d’or aux JO de 2012 et 2016, va fouler le parquet avec une danseuse professionnelle, dont on ne connaît pas encore l’identité. Elle a déclaré qu’elle avait conditionné sa participation à l’émission à l’accord de la BBC sur ce point.

Pourquoi ça fait parler ?

Parce que c’est une première mais aussi parce que ça faisait longtemps que l’émission était pointée du doigt pour son conservatisme. "Strictly Come Dancing", c’est le format original qui a donné naissance à toutes les déclinaisons de "Danse avec les stars" dans le monde. Et il y a déjà eu des binômes de même sexe dans certaines versions internationales. Le fait que "Strictly", comme l’appellent les Anglais, leur emboîte le pas est d’autant plus important que l’émission est extrêmement populaire outre-Manche. La saison dernière, elle a ainsi été suivie par plus de 10 millions de téléspectateurs.

Nouvel épisode dans la guerre entre les réseaux sociaux et Donald Trump.

Ce jeudi, Facebook et Twitter ont publié des avertissements au sujet de messages publiés par le président américain. Ce n’est pas la première fois, vous me direz, mais si Twitter s’est montré très proactif, dès le mois de mai, Facebook a mis beaucoup, beaucoup plus longtemps à agir.

Que disaient ces messages de Trump ?

Une fois de plus, ils concernaient le vote par correspondance, que le président attaque avec virulence depuis des mois. Cette fois, le président a décidé d’encourager ses partisans à voter en personne pour la présidentielle et à voter par correspondance. Avec beaucoup de majuscules dans son message, vous vous en doutez, il les a enjoints à renvoyer dès que possible leur bulletin de vote par courrier et à se diriger vers leur bureau de vote le jour du scrutin pour voir si leur vote avait été comptabilisé. "Si ce n’est pas le cas, VOTEZ ! Et si votre vote par correspondance arrive après le scrutin, il ne sera pas pris en compte puisque vous aurez voté en personne", a ajouté Donald Trump. Or, voter deux fois est illégal. Twitter a donc sévi, les tweets restent accessibles mais ils sont accompagnés d’un avertissement. De son côté, Facebook a publié un correctif : "La fiabilité du vote par correspondance est historiquement établie, et il devrait en être de même cette année".

Une petite mise à jour !

La semaine dernière, nous vous parlions de "Mulan", l’adaptation en prises de vues réelles du dessin animé de Disney. Le film était attendu dans les salles en mars, mais le Covid-19 a poussé le studio à décaler cette date de sortie à plusieurs reprises pour décider finalement qu’il sortirait directement sur son service de streaming ce 4 septembre. "Mulan" est donc disponible un peu partout dans le monde sauf chez nous ! Car à l’étranger, en plus de leur abonnement à Disney+, les fans de "Mulan" doivent débourser entre 20 et 30 euros environ pour accéder au long-métrage. Mais en France, Disney a vite compris que ce type de stratégie ne fonctionnerait pas.

Est-ce qu’on sait finalement quand on pourra voir "Mulan" ?

Après avoir laissé planer le doute sur la date de sortie de "Mulan" dans l’Hexagone, Disney a finalement communiqué : il faudra attendre le mois de décembre. Juste avant Noël, les pays où "Mulan" est actuellement payant pourront également le découvrir gratuitement. Dans les faits, les Français sont donc tout simplement privés de trois mois d’avant-première payante.