Grand débat : "La TVA à taux zéro risque d’être une mesure coûteuse avec zéro impact pour le pouvoir d’achat"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Trois heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

La fiscalité, trop d’impôt : ça a été le point de départ du mouvement des "gilets jaunes". Et une idée émerge très fort, la TVA à taux zéro sur certains produits.

Oui, ça ressort dans de nombreuses contributions au grand débat. Alors que l’on veuille baisser la fiscalité dans ce pays, je crois que ce n’est pas la peine de faire un référendum, on peut demander à nos auditeurs, il y a une majorité de Français qui sont pour. C’est un euphémisme. Et après tout c’est normal: nous sommes le pays où la pression fiscale est la plus élevée au monde.

Mais quels impôts baisser? 

Là, déjà, ça se complique. La grande idée qui revient souvent, c’est donc la TVA à taux zéro sur les produits de première nécessité. Aujourd’hui, les produits de base comme le lait, le sucre, la farine, les œufs, bref l’alimentation de base, est à 5,5%. Supprimer cette TVA à 5,5%, ça paraît une mesure de bon sens pour le pouvoir d’achat. Mais est-ce une si bonne idée ? D’abord, petit détail, la TVA à 5,5% ça rapporte 11 milliards d’euros: il va falloir les trouver ailleurs.

C’est plus que toutes les mesures qui ont été décidées depuis la crise des "gilets jaunes" : abandon de la taxe carbone sur l’essence, prime de 100 euros pour les smicards, heures supplémentaires défiscalisées etc. Mais surtout rien ne dit que ça augmenterait vraiment le pouvoir d’achat.

Et pourquoi donc?

Prenons un exemple : vous achetez une boite de six œufs, ça va vous coûter environ 1,5 euro. Là dessus vous avez donc à peu près 8 centimes de TVA. Les producteurs, et on les comprend, ils ont des marges infimes, ils gagnent très peu d’argent sur leurs produits, vont être légitimement tentés d’augmenter leurs prix. Et derrière, les distributeurs vont faire pareil. Résultat, les 8 centimes, vous n’en verrez jamais la couleur. Rappelez-vous quand on a baissé la TVA sur la restauration: ça a plus profité aux restaurateurs, qui d’ailleurs du coup ont sauvé des emplois, plutôt qu’aux consommateurs.

Et au fond c’est tout le sujet avec ce grand débat : c’est bien d’émettre des idées, mais ensuite il faut bien en examiner toutes les conséquences et dans le cas de la TVA à taux zéro, ça risquerait d’être une mesure extrêmement coûteuse avec zéro impact pour le pouvoir d’achat. A méditer.