En 70 ans, la Chine est devenue notre ennemi économique n°1 : et si Trump avait raison ?

  • A
  • A
1:44
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

La Chine est devenue une menace pour l'économie occidentale et particulièrement européenne. Trump avait prévenu, l'Europe a-t-elle été trop naïve face à son développement économique ?

La République populaire de Chine fête ses 70 ans. En devenant la seconde économie mondiale, elle est devenue une menace pour les pays occidentaux.

C’est Donald Trump qui le dit le plus fort : la Chine pille nos technologies, protège ses entreprises et nous livre une concurrence déloyale en aidant massivement ses champions nationaux. D’où la stratégie du bras de fer, menée à coups de hausse des taxes douanières, qu’aucun pays occidental n’avait jamais osé. Pourquoi ? Parce que les leaders occidentaux n’ont longtemps vu la Chine que comme un grand marché qu’il fallait ménager. Du temps du président Chirac, on allait en Chine avec l’espoir de rapporter une moisson de gros contrats de ventes d’Airbus, de TGV ou de centrales nucléaires, quitte à accepter des transferts de technologie importants. Avec cet argument un peu arrogant, le retard est tel que le temps qu’ils nous rattrapent, nous serons passés à la technologie suivante.

C’était sans doute un peu naïf.

La maturité de l’économie chinoise aujourd’hui est impressionnante, voyez le bond en avant dans la voiture électrique, voyez leur maîtrise du nucléaire, de la grande vitesse ou des équipements de télécoms. Mais surtout, l’Occident (et l’Europe en particulier) a fait preuve d’une immense naïveté lors de l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (l’OMC) en 2001. En échange de l’accès immédiat à nos marchés, Pékin avait promis qu’au bout de 15 ans, il ouvrirait son économie dans les mêmes conditions à nos entreprises. Pendant 15 ans, la Chine a profité à fond d’un accès privilégié à nos marchés. Mais une fois passé ce délai, elle n’a toujours pas honoré sa promesse d’en faire autant. Nous en sommes là aujourd’hui. La réciprocité est un leurre. Trump le dit haut et fort, nous beaucoup moins. La Chine s’est éveillée. Il est temps que l’Europe fasse de même.