Brexit : Airbus met la pression à Theresa May

  • A
  • A
1:24
L'éclairage éco est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque matin, Daniel Fortin fait le point sur une question d'actualité économique.

Deux ans après le vote du Brexit, rien ne va plus entre Theresa May et les entreprises étrangères implantées au Royaume-Uni, ce week-end, c’est Airbus qui a clairement menacé de quitter le territoire si Londres ne parvient pas à un accord avec Bruxelles

Oui si la menace est mise à exécution ce serait tout simplement une catastrophe pour l’économie britannique, Airbus emploie 14.000 salariés au Royaume-Uni, il y produit les ailes de ses avions dans 25 usines et surtout il soutient de façon indirecte 1.000 emplois, ceux des 4.000 fournisseurs qui travaillent pour lui, or comme toutes les entreprises le groupe veut y voir clair dans les futures relations commerciales entre Londres et l’Union Européenne, il craint notamment une absence d’accord qui aurait ,pour effet de contraindre Londres à quitter le marché unique et l’union douanière ce qui renchérirait d’au moins 1 milliard d’euros par an ses coûts de production

Est-ce que d’autres entreprises brandissant les mêmes menaces ?

Alors jamais aucune n’avait été aussi explicite qu’Airbus mais d’autres depuis ont pris la parole dans le même sens qu’il s’agisse de Siemens ou de BMW ce week-end, aujourd’hui la plupart- des chefs d’entreprises craignent qu’une Grande-Bretagne isolée devienne moins compétitive, 46 % d’entre eux ont déjà indiqué avoir diminué leurs investissements, et Theresa May va devoir très vite donner des gages si elle ne veut pas que l’hémorragie s’accélère.