Report des ordonnances de la loi sur l'alimentation : la FNSEA annonce une mobilisation sans blocage "entre lundi 10 et jeudi 13 décembre"

, modifié à
  • A
  • A
À la tête de la FNSEA, Christiane Lambert ne veut pas "embêter les Français".
À la tête de la FNSEA, Christiane Lambert ne veut pas "embêter les Français". © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :
En pleine crise des gilets jaunes, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annoncé mercredi le report de plusieurs semaines de l'application d'ordonnances souhaitées par la FNSEA. "Nous avons besoin qu'Emmanuel Macron tienne ses promesses", affirme Christiane Lambert sur Europe 1.
INTERVIEW

Christiane Lambert se veut claire : "Nous n'allons pas bloquer la France, nous ne rejoignons pas les mouvements de blocage des gilets jaunes." Mais la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), qu'elle préside va malgré tout se mobiliser contre le report de la date d'application des ordonnances de la loi sur l'alimentation, décidé mercredi par le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume.

"Respect des biens et des personnes". "Nous avons besoin que le président tienne ses promesses", a-t-elle affirmé mercredi sur Europe 1, excluant tout appel "à la violence" et "aux blocages" pour une mobilisation "entre lundi 10 et jeudi 13" décembre : "Ça ne se passera pas partout de la même façon dans les départements, il y aura différentes actions dans le respect des biens et des personnes. Nous ne voulons surtout pas embêter les Français ou perturber l'activité économique." Objectif de la FNSEA : "Exprimer les difficultés particulières du secteur agricole."

Christiane Lambert a précisé ensuite à l'AFP qu'"il n'y a pas une date unique, il y a une semaine" de mobilisation. "Ce n'est pas un jour, une heure, un lieu, c'est une consigne sur des sujets de revendication", martèle-t-elle.

Les "pressions" de Leclerc. Mercredi, Didier Guillaume a annoncé le report de l'application des ordonnances portant sur le relèvement du seuil de revente à perte et sur les promotions, souhaitées par le syndicat, soutenu par les Jeunes Agriculteurs, autre syndicat du secteur. "Il y a un engagement du ministre que ça soit opérationnel au 1er janvier 2019", a expliqué Christiane Lambert sur Europe 1. "Je sais qu'il y a des pressions, notamment d'un distributeur, Leclerc. Ce qu'il craint, c'est d'avoir moins de marges sur son enseigne, c'est son problème."