Rémunération de Ghosn : l'audit interne conclut à l'absence de fraude chez Renault pour 2017 et 2018

, modifié à
  • A
  • A
Carlos Ghosn, PDG de Renault, est incarcéré au Japon depuis le 19 novembre dernier. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Alors que Carlos Ghosn est accusé de dissimulation de revenus et malversations au sein du constructeur japonais Nissan, l'audit interne lancé par Renault n'a pas trouvé d'anomalie dans les rémunérations de son PDG en 2017 et 2018.

L'audit interne lancé par Renault sur les éléments de rémunération de Carlos Ghosn, PDG du groupe français, a conclu "à leur conformité et à l'absence de fraude" concernant les années 2017 et 2018, a indiqué jeudi le groupe automobile dans un communiqué. "Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs", a précisé toutefois le constructeur français, à l'issue d'une réunion des administrateurs de la marque au losange.

"Il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du Conseil d'administration", a expliqué Renault dans son communiqué. Cette réunion d'administrateurs, organisée au siège de Renault à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, visait selon Renault à faire un "point d'avancement de la mission de vérification des éléments de rémunération des membres du Comité exécutif du groupe".

La rémunération et les abus de bien social au cœur de la mission. Cette mission, menée selon Renault "par des experts internes issus de la Direction de l'éthique" de l'entreprise "assistés d'experts externes indépendants", avait été annoncée fin novembre par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Elle portera "à la fois sur les questions de rémunération et les questions d'abus de bien social, pour vérifier qu'il n'y a rien eu de difficile, de délicat que nous puissions trouver", avait indiqué Bruno Le Maire.

La réunion des administrateurs de Renault est intervenue alors que la justice japonaise devait rendre vendredi une décision sur l'avenir judiciaire du magnat de l'automobile, incarcéré au Japon depuis cinquante jours.