Réforme de la SNCF : "Personne n'a intérêt à une grève", avertit Pepy

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour le dirigeant de l’entreprise publique, une grève massive dans un contexte de réforme du rail risquerait de porter un coup d'arrêt aux bons résultats enregistrés par la SNCF en 2017.

Faut-il craindre un blocage massif du transport ferroviaire dans les semaines à venir ? Le gouvernement a indiqué qu'il aurait recours aux ordonnances pour faire passer une réforme de la SNCF dont les orientations font polémique. En réaction, les syndicats du rail agitent la menace d'une mobilisation nationale, qui pourrait être déclenchée à partir du 22 mars. "Personne n'a intérêt à une grève", a réagi mercredi sur Europe 1 Guillaume Pepy, le président de la SNCF.

De bons résultats à préserver. "En ce moment le train repart, l'année dernière il y a eu 10% de voyageurs en plus dans les TGV et 5% en plus dans les TER. On va casser ce truc-là ?", interroge-t-il. "S'il y a une grève longue, qui va gagner ? La voiture, l'avion, le car. Personne n'y a intérêt", énumère Guillaume Pepy.

Se mettre autour de la table. Le responsable veut également croire que le gouvernement et les syndicats peuvent encore trouver un terrain d'entente. "Le sujet, aujourd'hui, c'est qu'il y a deux mois de concertation autour de la ministre des Transports [Elisabeth Borne, ndlr]. Ces deux mois, chacun doit les utiliser à plein", fait valoir Guillaume Pepy. "Les syndicats reflètent les inquiétudes du personnel, mais la discussion les intéresse", assure-t-il.