Réacteur EPR en Chine : démarrage dans six mois, annonce l'Elysée

, modifié à
  • A
  • A
chine centrale nucleaire 1280
L'EPR chinois sera le premier opérationnel dans le monde. © PETER PARKS / AFP
Partagez sur :

L’Élysée a aussi annoncé que Areva avait signé un contrat de 10 milliards d'euros pour construire une usine de traitement de combustibles nucléaires usés. 

La mise en service des réacteurs nucléaires EPR de Taishan en Chine débutera mi-2018, a indiqué mardi l'Elysée, au deuxième jour d'une visite d'Etat du président Emmanuel Macron dans le pays.

Le 1er EPR opérationnel du monde. L’Élysée a aussi assuré que le chargement du combustible sur place était simplement retardé "de quelques jours", avant "un lancement six mois plus tard". Ce serait le cas échéant le premier EPR opérationnel dans le monde, avant même ceux en chantier à Flamanville  et en Finlande. Le premier des deux réacteurs de troisième génération (EPR) de Taishan devait entrer en service avant fin 2017, mais le groupe étatique chinois CGN, en charge de leur construction avec le français EDF, avait dévoilé fin décembre un report, annonçant son démarrage "en 2018", puis celui du second réacteur en 2019.

Un contrat de 10 milliards d'euros pour Areva. La France et la Chine ont aussi signé mardi un accord prévoyant la construction par Areva d'un centre de retraitement de combustible nucléaire usagé en Chine. Un "mémorandum d'accord commercial" en ce sens a été signé au Palais du peuple en présence du président français et de son homologue chinois Xi Jinping. Cet accord, providentiel pour le groupe nucléaire en difficulté Areva, pourrait dépasser les 10 milliards d'euros.