La France va mettre en place une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion

, modifié à
  • A
  • A
Cette mesure, qui sera intégrée au projet de loi de finances 2020, s'appliquera à toutes les compagnies.
Cette mesure, qui sera intégrée au projet de loi de finances 2020, s'appliquera à toutes les compagnies. © FABIO LIMA / AFP
Partagez sur :
Le gouvernement va mettre en place une écotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion, a annoncé mardi Elisabeth Borne.

Le gouvernement va mettre en place une ecotaxe de 1,50 à 18 euros sur les billets d'avion à partir de 2020 pour tous les vols au départ de la France, sauf vers la Corse et l'Outre Mer et sauf vols en correspondance, a annoncé Elisabeth Borne mardi.

Cette mesure, qui sera intégrée au projet de loi de finances 2020 et s'appliquera à toutes les compagnies, prévoit une écotaxe allant de 1,50 euros sur les vols intérieurs et intra-européens en classe économique et jusqu'à 18 euros pour les vols hors UE en classe affaire, a précisé la ministre des Transport.

L'écotaxe ne s'appliquera qu'aux vols partant de France

L'écotaxe, qui ne s'appliquera qu'aux vols partant de France et non à ceux arrivant, sera de 1,50 euros en classe éco pour les vols intérieurs et intra-européens, de 9 euros pour ces vols en classe affaire, de 3 euros pour les vols en classe éco hors UE et de 18 euros pour ces vols en classe affaire, a-t-elle précisé. Cette taxe devrait rapporter 182 millions d'euros à partir 2020, qui seront consacrés à des investissements pour des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire, selon la ministre.

Le remboursement du gazole du transport routier réduit en 2020

Par ailleurs, à partir de 2020 "le remboursement partiel dont bénéficie le transport routier de marchandises sur le gasoil sera réduit de deux centimes par litre, ce qui représente une contribution de 140 millions d'euros en année pleine", a déclaré mardi la ministre des Transports Elisabeth Borne à l'issue d'un Conseil de défense écologique à l'Elysée. "Ce sera entièrement affecté à l'agence de financement des infrastructures", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse, précisant qu'elle allait "réunir les organisations professionnelles dès cet après-midi (mardi) pour discuter de l'ensemble des enjeux".