La Belgique admet des exportations frauduleuses de viande dans plusieurs pays

, modifié à
  • A
  • A
ducarme denis 1280
Denis Ducarme, le ministre belge de l'Agriculture, a accusé la société agroalimentaire Veviba de "pratiques mafieuses". © DIRK WAEM / BELGA / AFP
Partagez sur :
Hong-Kong, la Côte d'Ivoire et le Kosovo ont été destinataires de ces viandes, a admis lundi Bruxelles.

La Belgique a averti Hong-Kong, la Côte d'Ivoire et le Kosovo qu'ils ont été, jusqu'à la fin de l'année 2016, destinataires d'exportations frauduleuses de viande à partir d'un abattoir de Bastogne, a indiqué l'autorité belge de sécurité alimentaire, l'Afsca, dans un rapport rendu public lundi.

Falsification de dates. Une vaste fraude à l'étiquetage de viande de bœuf, avec notamment des modifications de dates suggérant une congélation récente, a été constatée sur ce site de la société agroalimentaire Veviba, ce qui suscité une vive controverse en Belgique depuis une dizaine de jours.

"Pratiques mafieuses". Denis Ducarme, le ministre belge de l'Agriculture, a accusé Veviba de "pratiques mafieuses" et exigé des explications de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), soupçonnée de légèreté dans ses contrôles concernant cette entreprise. Dans un rapport remis aux députés lundi, l'Afsca explique avoir alerté la justice après avoir pour la première fois constaté des irrégularités chez Veviba à Bastogne, en 2016, et avoir ensuite "respecté le secret de l'instruction". Il a fallu un an et demi pour qu'une perquisition ordonnée par le juge d'instruction saisi du dossier révèle l'ampleur de la fraude et aboutisse ce mois-ci à un retrait d'agrément et à des rappels de produits dans les supermarchés belges.

D'éventuels destinataires dans l'UE ? Dans ce rapport, l'Afsca dresse une première liste des pays étrangers ayant travaillé avec Veviba. "Des exportations à partir de Veviba ont eu lieu jusqu'en octobre 2016 vers les pays tiers suivants : Hong-Kong, Côte d'Ivoire et Kosovo. Ces pays en ont été avertis le 9 mars 2018 par les voies diplomatiques appropriées", souligne l'agence belge. Parlant de fraude "importante", l'Afsca précise que les systèmes européens d'alerte en cas de scandale sanitaire ont été activés pour recenser d'éventuels destinataires d'envois frauduleux au sein de l'UE. "A l'heure actuelle, l'ampleur et le début de cette fraude ne sont pas connus", est-il mentionné.