La BCE "salue" le projet franco-allemand de réforme de la zone euro

, modifié à
  • A
  • A
Mario Draghi a salué le projet franco-allemand de réforme de la zone euro présenté la veille par Angela Merkel et Emmanuel Macron.
Mario Draghi a salué le projet franco-allemand de réforme de la zone euro présenté la veille par Angela Merkel et Emmanuel Macron. © AFP
Partagez sur :
Mario Draghi a salué mercredi le projet franco-allemand de réforme de la zone euro présenté la veille par Angela Merkel et Emmanuel Macron.

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a salué mercredi le projet franco-allemand de réforme de la zone euro présenté la veille par Angela Merkel et Emmanuel Macron. Ces propositions, comprenant entre autres un budget de la zone euro, sont "un pas encourageant" en vue d'approfondir la construction européenne et sont particulièrement bienvenues compte tenu des "circonstances politiques très difficiles dans lesquelles ce document a été produit", a souligné le banquier central italien lors d'une conférence annuelle de la BCE organisée à Sintra, au Portugal.

Le président français a obtenu mardi le soutien de la chancelière allemande pour un "budget" de la zone euro, qui sera toutefois modeste. Ce budget d'investissement sera "défini sur une base pluriannuelle" afin de "promouvoir la compétitivité, la convergence et la stabilisation dans la zone euro, à partir de 2021", selon la déclaration adoptée par les deux dirigeants politique lors de leur rencontre à Meseberg, près de Berlin. Il s'agit encore d'élargir les compétences du Mécanisme européen de Stabilité (MES), le pompier de la zone euro, et de renforcer le filet de sécurité contre les faillites de banques.

Approfondir "l'union monétaire". Bien que les détails du projet restent vagues, notamment la taille du budget d'investissement et les sources de financement, Emmanuel Macron a déclaré qu'un tel instrument permettrait à la zone euro de "répondre au défi qui est le nôtre, les divergences entre nos économies". "L'important (...) n'est pas nécessairement d'avoir un instrument spécifiquement conçu, présenté et défini, mais d'avoir une approche et d'avoir le sentiment qu'à l'avenir nous devons travailler pour approfondir l'union monétaire", a estimé Mario Draghi. Selon le patron de la BCE, ces propositions sont aussi importantes dans la mesure où elles sont issues "des gouvernements" pour la première fois à sa connaissance. 

La BCE active pour soutenir les 19 pays de la Zone euro. Des projets de même nature avaient été déposés dans le passé par la Commission européenne ou dans un rapport des cinq présidents, dont Mario Draghi a été co-signataire début 2015. "Après avoir discuté pendant plusieurs années de l'approfondissement de l'union monétaire, nous avons enfin quelque chose sur quoi nous pouvons travailler", s'est encore félicité le banquier central italien, alors que la BCE a été très active depuis des années pour soutenir les 19 pays de la Zone euro aux économies encore disparates.