Stéphane Richard, PDG d’Orange 1:00
  • Copié
Emmanuel Duteil et lise Denjean , modifié à
Condamné dans le cadre de l’affaire Tapie à un an de prison avec sursis, le PDG du groupe Orange, Stéphane Richard, va présenter sa démission mercredi soir à son conseil d’administration.

Il jette l’éponge. Selon les informations d’Europe 1, Stéphane Richard, le PDG d’Orange va présenter sa démission mercredi soir à son conseil d’administration, après avoir été condamné un peu plus tôt dans la journée à un an de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende pour complicité de détournement de fonds publics dans le cadre de l’affaire Tapie. 

Orange aimerait une "passation sereine"

Reste à savoir dans quel délai son départ sera effectif. Dans l’entourage du gouvernement, "on aimerait qu’il parte d’ici à la fin de l’année". Chez Orange, un administrateur aimerait un délai supplémentaire pour pouvoir effectuer une "passation sereine". Il faut trouver non pas un, mais deux remplaçants à Stéphane Richard puisqu'il avait été décidé de découpler les fonctions de président et de directeur général à l'occasion du futur mandat qui doit démarrer l'an prochain. Il faut donc trouver les bons profils et assurer un intérim en attendant, ce qui n'est pas du goût de tout le monde au sein du conseil d'administration. 

Concernant sa condamnation, Stéphane Richard a par ailleurs annoncé sa volonté de se pourvoir en cassation. "Les accusations de complicité de détournement de fonds publics sont sans aucun fondement et ne sont basées sur aucune preuve. Je les rejette totalement et vais me pourvoir en cassation.  Il n'y a eu aucun élément nouveau dans ce procès en appel. Je rappelle que j'avais été totalement relaxé en première instance."

"C'est à ne rien y comprendre et profondément injuste"

Et le patron d'enfoncer le clou : "Les griefs sont passés d'escroquerie à complicité puis à la relaxe totale et aujourd'hui de nouveau à une relaxe sur la complicité d’escroquerie… mais une condamnation pour complicité de détournement public... C'est à ne rien y comprendre et profondément injuste. Je n'ai fait qu'exécuter la décision ministérielle d'aller à l'arbitrage, qui a totalement été assumée par Christine Lagarde. Qui a d'ailleurs été condamnée pour une simple négligence. Je remets mon mandat entre les mains du CA d'Orange."