Google se lance dans la banque, ou comment les Gafa cherchent à en savoir (encore) plus sur nous

  • A
  • A
Google va bientôt proposer, en partenariat avec la banque Citigroup, à ses clients d'ouvrir des comptes bancaires. 1:20
Google va bientôt proposer, en partenariat avec la banque Citigroup, à ses clients d'ouvrir des comptes bancaires. © BEN STANSALL / AFP
Partagez sur :
Comme Amazon, le géant américain du Web va proposer à ses clients d’ouvrir des comptes bancaires. Après les cartes de crédit d’Apple et la monnaie virtuelle, encore en chantier, de Facebook, c’est un pas de plus vers la financiarisation des Gafa, qui n’ont qu’un seul but : l’accès aux données bancaires.
ON DÉCRYPTE

Où s’arrêteront les Gafa ? Après Apple, Amazon, Facebook, c’est maintenant Google qui se lance dans la finance. Google va même devenir banquier en proposant aux particuliers d’ouvrir des comptes courants, avec l’aide de la banque américaine Citigroup. La finance, c’est la nouvelle frontière des Gafa. Amazon envisage aussi d’ouvrir des comptes bancaires pour ses millions de clients. L’été dernier, Apple a lancé une carte de crédit Apple Card - accusée d'être sexiste - avec Goldman Sachs. Quant à Facebook, il n’a pas abandonné son projet de monnaie mondiale, le Libra, malgré les critiques qu’il rencontre de la part des Etats.

Manque de confiance

Le rêve des géants du numériques, c’est en fait l’accès aux données bancaires. Bien sûr. Le rêve, c’est de tout connaître sur chacun de nous, nos habitudes de consommation, ce que l’on achète et où, dans quel type de magasin etc. Pour ensuite propose d’autres services, y compris des crédits à la consommation par exemple.

Petit à petit, les Gafa entrent sur la chasse gardée des banques. Ils ont un handicap : les clients leur font moins confiance, il y a eu des scandales sur l’utilisation des données personnelles. Au moment où Google annonçait son projet dans la banque, on apprenait qu’il faisait l’objet d’une enquête fédérale aux Etats-Unis pour avoir exploité les données de santé de 50 millions de patients américains. En entrant dans le monde de la finance, les Gafa veulent en savoir encore plus sur nous tous : ce n’est pas rassurant.

Europe 1
Par Nicolas Barré