Deux dirigeantes d'entreprise sur trois gagnent moins de 1.500 euros par mois en France : "Il faut changer cela"

  • A
  • A
67% des femmes à la tête de TPE gagnent moins de 1.500 euros par mois en France 2:50
67% des femmes à la tête de TPE gagnent moins de 1.500 euros par mois en France © Pixabay
Partagez sur :
Selon une étude du "Lab' Bouge ta Boite", 67% des dirigeantes d'entreprise en France gagnent moins de 1.500 euros par mois. Un constat "affligeant" que dénonce jeudi sur Europe 1 Julie Bodin, manager des talents en charge du déploiement national de ce réseau. 
INTERVIEW

Pour Julie Bodin, "on ne peut pas se satisfaire de ce résultat". Manager des talents en charge du déploiement national du réseau Bouge ta Boite, elle a commenté et dévoilé en avant-première jeudi sur Europe 1 les résultats d'une étude sur la rémunération des femmes à la tête de TPE. Et le constat est "affligeant" selon elle. 67% des dirigeantes d'entreprise dans l'Hexagone gagnent moins de 1.500 euros par mois. "Il faut changer cela", exhorte-t-elle. 

"Les femmes demandent moins d'argent"

Plusieurs raisons peuvent expliquer ces chiffres selon Julie Bodin. La première, c'est "l'absence de rôle modèle". 55% des femmes entrepreneuses n'ont pas de référentes, de personne vers qui s'identifier pour réussir. La seconde, c'est "l'absence d'appartenance à un réseau". Pour monter leur projet, ces responsables de TPE font appel à leur propre trésorerie.

Seulement la moitié d'entre elles se finance, et quand c'est le cas, elles sont 75% à s'auto-financer", explique la manager des talents en charge du déploiement national du réseau Bouge ta Boite. Elles s'appuient donc d'abord sur leur épargne pour s'engager. "Les femmes vont moins demander d'argent. L'ambition pour mon projet dépend de l'argent disponible", détaille Julie Bodin.

Mais l'étude pointe du doigt un autre problème : la formation de ces femmes à l'entrepreneuriat. Seulement 38% se lancent avec des bases solides dans ce domaine. "Et 60% n'ont même pas de business plan", renchérit Julie Bodin. "Quand on ne fait pas appel à un expert comptable ou à une banque, que l'on n'a pas testé l'aspect financier du projet, on arrive à ce niveau de rémunération", explique-t-elle.

Malgré tout, "les choses avancent" selon Julie Bodin. Le réseau Bouge ta Boite, déjà consulté dans le cadre de la réflexion sur le projet de loi sur l'égalité hommes-femmes, recevra Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargé(e) de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, à l'occasion d'un événement organisé en fin de semaine à Paris. 

Europe 1
Par Cédric Chasseur