Comment Huawei tente d'endiguer la baisse des ventes de ses smartphones

  • A
  • A
© WANG ZHAO / AFP
Partagez sur :
Le fabriquant chinois de téléphones tente de rassurer ses clients alors que Google, dans le cadre de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, a annoncé vouloir priver la marque de son système d'exploitation.

Huawei, le géant chinois des télécoms, deuxième constructeur mondial de smartphones après Samsung et devant Apple, tente de trouver une issue à sa mauvaise passe. Alors que la guerre commerciale entre la Chine et États-Unis fait rage, Huawei est en froid avec son partenaire Google, qui va le priver d’une partie des logiciels qui font fonctionner ses smartphones. Face à des ventes en chute libre, la marque espère désormais de sauver les meubles.

Les chiffres ont de quoi inquiéter : 20% de baisse des ventes de smartphones Huawei chez un opérateur télécoms français interrogé par Europe 1, 30% chez un autre, et jusqu’à 50% de plongeon, certains jours, chez un troisième. Tous reconnaissent que le clash avec Google a fait fuir des clients. Un gros acteur du secteur indique même qu’il discutait avec Huawei sur la gestion des énormes stocks.

La marque au secours de ses revendeurs

À tel point que des ambassadeurs de la marque chinoise se rendent en ce moment dans des magasins d’électronique pour rassurer les vendeurs. "Huawei a envoyé des émissaires, pour expliquer que sur les anciens modèles, en tout cas, il n’y aurait pas de problème", confie un employé. "On a eu des annonces officielles nous invitant à relativiser, selon lesquelles il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur ce que l’on vend actuellement. Et c’est à partir du 19 août, là on verra…", ajoute un autre.

Du côté de Huawei, pas de réaction officielle, la marque indique juste que "la production mondiale [de leurs smartphones] n’a pas connu d’ajustement notable". Et que comme toute entreprise, Huawei a des représentants qui passent régulièrement dans les magasins pour informer sur l’actualité de la marque, les opérations commerciales, et pourquoi pas expliquer que les téléphones déjà vendus n’ont aucune raison de s’arrêter de fonctionner. Reste une grande interrogation : comment fonctionneront les futurs modèles de la marque chinoise ?

Europe 1
Par François Geffrier et Maïa Siddo