Standard & Poor's défend ses méthodes

  • A
  • A
Partagez sur :

Le nouveau président de Standard & Poor's, Doug Peterson, a défendu mercredi les méthodes plus agressives adoptées en juin dernier par l'agence de notation, à l'origine de la perte du triple A des Etats-Unis et de la France. "L'équipe (d'évaluation) des dettes souveraines est une équipe de haut niveau", a affirmé le président de S&P au quotidien financier Wall Street Journal, premier média dans lequel il s'exprime depuis sa prise de fonction à la tête de la doyenne des agences de notation, le 12 septembre.

La société new-yorkaise, qui a fait trembler les marchés et les gouvernements ces derniers mois, a adopté le 30 juin dernier une révision de ses processus d'évalutation financière des pays. Ces nouveaux procédés "fournissent la base pour mener notre analyse", a déclaré M. Peterson au Wall Street Journal, dont le site internet publiait les propos.

Cinq semaines après cette réforme, S&P entraînait un séisme politique en abaissant la note de crédit des Etats-Unis. La semaine dernière, neuf pays de la zone euro ont fait les frais de sa nouvelle approche, dont la France qui a perdu son précieux "AAA" et l'Italie dont la note a été dégradée de deux crans à "BBB+".