Un jour d’été… un livre - "Marche ou crève"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Nicolas Carreau met la littérature à l’honneur, tous les jours du mois d’août dans Le grand journal du soir, entre 18h et 20h. Lundi, c’est le jour des livres cultes : "Marche ou crève" de Stephen King.

Si vous avez un adolescent à la maison et que vous avez envie qu’il lise un livre en entier, offrez-lui Marche ou crève. Un roman dingue signé Stephen King, sorti en 1979 sous le nom de Richard Bachman.

Stephen King a écrit sept livres sous ce nom. Il voulait sortir plus de livres et son éditeur refusait qu’il en sorte plus d’un par an. En plus, il voulait voir s’il était capable d’avoir du succès sans inscrire Stephen King sur la couverture. Et les romans signés Bachman ont une couleur particulière, ils sont un peu décalés par rapport à l’univers de King.

Marche ou Crève, ça parle de quoi ?

En Anglais, le titre est The long walk, la grande marche. La grande marche est le nom d’un grand jeu national. Nous sommes aux États-Unis, mais dans un contexte dystopique, le contraire de l’utopie. Une sorte de réalité parallèle où les Etats-Unis sont dirigés par l’armée. La grande marche, c’est donc un jeu retransmis à la télé. Les jeunes de 16 ans peuvent candidater. 100 auront le droit de participer. L’idée est très simple : il s’agit de marcher jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un debout, le vainqueur.

Une course de fond en marchant, mais…

Sauf que si vous vous arrêtez lors de cette marche, vous êtes mort. Soit d’épuisement, soit par balle. Un militaire vous tire dessus. Les candidats sont équipés de GPS qui calculent leur vitesse. Si vous descendez en dessous d’un certain seuil, vous entendez crier : 1er avertissement. Si vous ne reprenez pas la bonne vitesse, quelques instants plus tard : 2ème avertissement. Et enfin : 3ème avertissement. Et si vous n’y arrivez toujours pas. Un coup de feu et terminé. Les candidats sont volontaires car ce sont des gamins qui rêvent de gloire : le gagnant est couvert d’or et d’honneurs. Mais évidemment, ils ne sont pas prêts pour ce qui les attend…

Europe 1
Par Nicolas Carreau