Les plus grands rôles de Danielle Darrieux au cinéma

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La comédienne française est morte mardi, à l'âge de 100 ans. Forte d'une carrière de 80 ans, elle a marqué l'histoire du cinéma français et international.

En mai dernier, elle avait fêté ses 100 ans. Cent années, dont 80 devant la caméra. Danielle Darrieux, qui est morte mardi à son domicile de Bois-le-Roi dans l'Eure, avait tournée dans 103 films, devant la caméra des plus grands cinéastes : Jacques Demy, Claude Sautet, Max Ophüls, Joseph Mankiewicz, Billy Wilder ou encore Henri Decoin. Retour sur quelques-uns de ses rôles les plus marquants.

  • La comtesse Marie Vetsera dans Mayerling (1936)

Dans Mayerling d'Anatole Litvak, Danielle Darrieux incarne la comtesse Marie Vetsera, aux côtés du célèbre Charles Boyer. Le long-métrage est un succès mais, surtout, il permet à la jeune actrice, alors âgée de 19 ans, d'entrevoir une carrière internationale, à Hollywood. Après la sortie du film, elle signe en effet un contrat de sept ans avec Universal. En 1938, elle tourne déjà son premier film américain : La Coqueluche de Paris.

  • Eugénie Donge dans La Vérité sur Bébé Donge (1952)

Adapté du roman éponyme de Georges Simenon, le film d'Henri Decoin marque sans doute l'apogée artistique de la relation entre Danielle Darrieux et Henri Decoin. Les deux artistes sont mariés depuis 1935 et ils tournent également ensemble, beaucoup même. Dix films au total, jusqu’en 1955, malgré leur divorce en 1941. Dans La Vérité sur Bébé Donge, Danielle Darrieux interprète une épouse négligée par son mari (Jean Gabin) et qui finit par l’empoissonner.

  • La comtesse Louise de... dans Madame de... (1953)

Chef d'oeuvre du cinéma, le long-métrage de Max Ophüls offre sans doute à la comédienne son plus grand rôle. Madame de... débute comme une comédie avant de s'enfoncer dans le drame, emmenant avec lui ses personnages dont Louise, incarnée par la comédienne. Une bonne manière pour l'actrice de démontrer toute l'étendue de son talent et la variété de son jeu, aux côtés d'autre grands noms du cinéma : Charles Boyer ou encore Vittorio De Sica.

  • Yvonne Garnier dans Les Demoiselles de Rochefort (1967)

Elle est la mère des célèbres jumelles du film, jouées par Catherine Deneuve et Françoise Dorléac. Dans cette comédie musicale mythique du septième art signée Jacques Demy, elle est la seule à véritablement pousser la chansonnette, alors que tous les autres acteurs sont doublés. Il faut dire que la comédienne était bien aidée, avec une mère professeure de chant. Danielle Darrieux avait d'ailleurs suivi des cours de violoncelle et de piano étant jeune et elle souhaitait, non pas être actrice, mais chanteuse.

  • La grand-mère dans 8 femmes (2001) 

À 85 ans, dans 8 femmes de François Ozon, Danielle Darrieux chante encore. Elle incarne un personnage sombre, avare, alcoolique et même meurtrier. Sans doute son dernier grand rôle au cinéma, même si elle continuera encore de tourner jusqu'en 2010, dans Pièce montée de Denys Granier-Deferre.