Jean-Louis Aubert : Jacques Higelin, "c'était notre géniteur"

, modifié à
  • A
  • A
Sans Jacques Higelin, le groupe Téléphone, formé en 1976, n'aurait sans doute jamais existé.
Sans Jacques Higelin, le groupe Téléphone, formé en 1976, n'aurait sans doute jamais existé. © ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Sans Jacques Higelin, mort vendredi à l'âge de 77 ans, le groupe Téléphone n'aurait jamais existé, raconte Jean-Louis Aubert au micro d'Europe 1.
INTERVIEW

Poète rebelle, engagé et fantasque, Jacques Higelin est mort vendredi matin en région parisienne, à l'âge de 77 ans. Sa disparition laisse la chanson française orpheline de ce monument du rock. "C'était notre géniteur", réagit ainsi avec émotion Jean-Louis Aubert, sur Europe 1.

Comment Higelin lui a "ouvert les yeux". Sans Jacques Higelin, le groupe Téléphone, formé en 1976, n'aurait d'ailleurs sans doute jamais existé, raconte Jean-Louis Aubert. Juste avant la création du groupe, les deux hommes habitent quelque temps ensemble, dans le quartier de la Bastille, à Paris. "On aimait le rock anglais et lui chantait des choses en français. Ça m'a vraiment ouvert les yeux sur la possibilité d'écrire en français", se souvient l'auteur-compositeur-interprète.

"Il était tombé du ciel". "Je le suivais à la radio pour voir ses émissions de radio. Beaucoup d'artistes étaient autour de lui à cette époque-là et j'y pense beaucoup en ce moment", confie-t-il encore, avant de conclure, en référence à l'un des tubes de Jacques Higelin : "Il était tombé du ciel, et puis il est remonté. Et nous maintenant, on est au bord du balcon, sans balustrade".

Europe 1
Par T.M.