Dans "Blackbird", Susan Sarandon incarne une femme forte face à la maladie

  • A
  • A
Susan Sarandon et Kate Winslet sont à l'affiche de "Blackbird", en salles mercredi
Susan Sarandon et Kate Winslet sont à l'affiche de "Blackbird", en salles mercredi © Metropolitan FilmExport
Partagez sur :
Susan Sarandon, Kate Winslet, Sam Neill et Mia Wasikowska : voici l’affiche prestigieuse de "Blackbird", un drame familial poignant, en salles mercredi, en partenariat avec Europe 1.

Dans "Blackbird", en salles mercredi, Lily (Susan Sarandon) et son mari Paul (Sam Neill), décident de réunir enfants et petits-enfants pour un week-end dans leur maison de campagne. Trois générations d’une même famille se retrouvent, avec Jennifer (Kate Winslet), l’aînée, son mari Michael et leur fils de 15 ans, Jonathan, mais aussi Anna (Mia Wasikowska), la cadette, venue avec Chris, sa compagne. Cette réunion de famille a un but bien particulier : atteinte d'une maladie dégénérative incurable, Lily refuse de subir une fin de vie avilissante et décide de prendre son destin en main

Un film choral sur la question de la fin de vie

C’est une rencontre fortuite lors d’un dîner qui a permis à la productrice Sherryl Clark de découvrir l’histoire de "Blackbird". Christian Torpe, scénariste du film danois "Silent heart", lui expliquait avoir adapté le scénario original pour en faire une production américaine. Sherryl Clark raconte : "J’ai été bouleversée par l’histoire de cette famille qui se bat contre la décision prise par la mère de choisir sa fin de vie des suites de la maladie de Charcot."

Pour mettre le film en scène, la productrice Sherryl Clark a immédiatement pensé à Roger Michell, avec qui elle avait travaillé sur "Morning Glory" avec Rachel McAdams et Harrison Ford. Elle se souvient : "Roger m’a appelée tout de suite pour me dire qu’il aimerait beaucoup faire ce film. J’étais sous le choc, parce qu’en règle générale, c’est rarissime de réussir à avoir le réalisateur que l’on a mis en tête de liste !"

Un casting de prestige

L’étape suivante a été le casting. Sherryl Clark explique : "Roger voulait faire d’abord le casting du rôle de Lily. Il sentait qu’il était important de partir du rôle de la mère, et que les autres personnages en découleraient. Mais finalement, c’est Kate Winslet qui a été la première actrice à donner son accord, dans le rôle de la fille. "

Kate Winslet avait des raisons personnelles de participer au projet. Elle confie : "Environ 18 mois avant le tournage, j’ai moi-même perdu ma mère. J’ai éprouvé toutes ces émotions, de plus en plus fortes, jusqu’à sa mort, que nous savions imminente car elle avait un cancer... J’ai eu du mal à reprendre le travail après son décès, et j’ai éprouvé un chagrin particulièrement profond à ce stade de ma vie. Je suis passée par tout ce que les personnages traversent, et je sais ce que cela signifie d’être une famille qui vit quelque chose d’aussi dévastateur que la perte d’une mère."

Pour le personnage de Lily, la productrice s’est alors tournée vers l’une des actrices les plus emblématiques de sa génération : Susan Sarandon. Sherryl Clark raconte : "J’ai appelé l’agent de Susan et lui ai fait part de nos problèmes de planning. L’agent m’a dit : ‘Donnez-moi 24 heures, c’est un rôle parfait pour elle’. Nous avons envoyé le script par e-mail, l’avons fait imprimer à New York, et un coursier à vélo l’a apporté à l’appartement de Susan. En quatre heures, elle avait signé !"

Susan Sarandon raconte : "J’ai tout de suite été intéressée. J’ai une totale confiance en Roger. C’est un vrai cadeau de pouvoir travailler avec quelqu’un comme lui. C’est un formidable capitaine, on sait que ce sera un formidable voyage."

 

Un tournage au Royaume-Uni

Kate Winslet a joué un rôle clé pour trouver le site de tournage du film, en suggérant une maison située près de chez elle qui pouvait très bien passer pour une propriété du Connecticut. Le tournage a duré cinq semaines près de Chichester au Royaume-Uni. Lindsay Duncan, qui interprète le rôle d’Elisabeth, l’amie de Lily et Paul, explique : "La maison est un personnage à part entière dans cette histoire. C’est le foyer familial, une présence architecturale très puissante. "

Roger Michell a pris la décision inhabituelle de filmer quasiment chronologiquement, ce qui a permis aux acteurs de tisser des liens. Il note : "Cela a eu un impact encore plus grand que ce à quoi je m’attendais sur la concentration des acteurs et leur engagement, envers le film et les uns envers les autres."

Malgré certains thèmes du film chargés émotionnellement, l’ambiance de tournage et hors caméra était souvent légère. Susan Sarandon confirme : "Roger a apporté beaucoup d’humour à l’histoire et n’a pas versé dans le sentimentalisme, ce qui, je pense, est respectueux des personnes qui luttent contre cette maladie, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative mortelle. Et Rainn Wilson nous a fait rire tout le temps."

Mia Wasikowska ajoute : "Tout le monde a appris à se connaître vraiment bien. C’est un film choral, la plupart des scènes font intervenir tous les personnages ; nous étions seulement huit acteurs et actrices et étions donc tous ensemble tout le temps. "

 

"Blackbird" est en salles ce mercredi, en partenariat avec Europe 1.