À l'Atelier des Lumières, plongée dans 500 tableaux de Vincent Van Gogh

, modifié à
  • A
  • A
L'Atelier des Lumières propose "un vrai spectacle son et lumière", estime Fabrice Bousteau.
L'Atelier des Lumières propose "un vrai spectacle son et lumière", estime Fabrice Bousteau.
Partagez sur :
L'Atelier des Lumières de Paris nous entraîne dans l'univers de Vincent Van Gogh, le temps d'une nouvelle exposition immersive intitulée "La nuit étoilée", jusqu'au 31 décembre.
LE TOUR DE LA QUESTION

Déambuler dans les champs de Tournesols, entrer dans l'intimité de La Chambre d'Arles, ou se promener sous La Nuit étoilée… Après son exposition événement sur Gustav Klimt, l'Atelier des Lumières consacre une rétrospective étonnante et unique à l'oeuvre de Vincent Van Gogh. 

Cinq cents œuvres de Van Gogh (presque) à portée de main. Il convient d'abord de décrire ce lieu d'exposition, créé très récemment à Paris. L'Atelier des Lumières est installé dans une ancienne fonderie, situé rue Saint-Maur, dans le 11ème arrondissement. En poussant les portes de ce lieu vide, on se retrouve immergé dans l'œuvre de l'artiste, grâce à 140 projecteurs qui reflètent les tableaux sur ces murs nus. "Sur les 800 à 1.000 tableaux produits par Vincent Van Gogh dans sa courte vie, on en a sélectionné 500 parmi les plus iconiques. On les anime tout doucement pour ne pas les dénaturer, grâce à des zooms, des travellings, des mouvements à travers la toile", précise Mickaël Couzigou, directeur de l'Atelier des Lumières, au micro de Wendy Bouchard, lundi, sur Europe 1. 

vangogh2

>> De 9h à 11h, c'est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

Une immersion sensorielle quasi-totale. L'immersion est appuyée par un vrai travail sur la musique. Et sur ce point, la direction artistique de l'exposition revendique ses choix anachroniques avec l'oeuvre du peintre hollandais. La puissante chanson Kosmic Blues de Janis Joplin vient notamment habiller la mise en scène du tableau Summer. "On voit ce soleil qui arrive tout doucement dans l'Atelier des Lumières, qui irradie peu à peu le lieu. C'est un peu psychédélique, on a l'impression d'être dans un état second", illustre Mickaël Couzigou. "C'est comme si on avait pris une sorte de drogue qui nous permettait d'être dans le tableau de Van Gogh", abonde Fabrice Bousteau, directeur de Beaux-Arts magazine, qui était lui aussi invité du Tour de la Question.

vangogh1

"Une douche chromatique". Quand l'Atelier des Lumières a vu le jour, les critiques d'art étaient sceptiques, arguant qu'il n'y véritablement que les toiles qui comptent. Pour Fabrice Bousteau, qui consacre justement un numéro spécial à Van Gogh qui sortira en librairie mercredi, le pari est pourtant largement réussi. "Il faut imaginer que l'on a les couleurs de Van Gogh qui vibrionnent sur notre corps. On a l'impression d'avoir une sorte de douche chromatique", s'emballe le spécialiste.

Avec cette exposition sur Van Gogh, l'Atelier des Lumières propose ainsi "un vrai spectacle son et lumière, complémentaire d'une visite au Musée d'Orsay pour voir une toile du peintre", se réjouit le critique d'art. Et pour Mickäel Couzigou, conjuguer art et numérique permet d'intéresser les enfants et les adolescents, et plus largement un public peu familier des musées.