Coupe du monde : cinq choses à savoir sur le choc Portugal-Espagne

, modifié à
  • A
  • A
Sergio Ramos et Cristiano Ronaldo, habituels partenaires au Real, s'affrontent vendredi soir. © Franck FIFE, Fabrice COFFRINI / AFP
Partagez sur :

Le gros choc du premier tour oppose vendredi à 20h le Portugal, champion d’Europe en titre, à l’Espagne, en pleine crise après le licenciement surprise de son (ex) sélectionneur Julen Lopetegui.

CINQ CHOSES À SAVOIR

S’il n’y a qu’un match à regarder lors du premier tour de cette Coupe du monde, c’est bien celui-là. Le Portugal, champion d’Europe en titre, affronte l’Espagne pour un choc aussi attendu qu’excitant, vendredi (20h) pour le compte du groupe B. Les Espagnols abordent cette première rencontre dans l’incertitude la plus totale, deux jours après le licenciement surprise de leur (ex) sélectionneur Julen Lopetegui. Cristiano Ronaldo et les Portugais sauront-ils en profiter ?

L’Espagne dans le flou… La "Roja" ne pouvait pas imaginer pire préparation au Mondial. Le licenciement surprise de Julen Lopetegui, mercredi, a plongé l’Espagne dans une crise aussi violente qu’inattendue. Le désormais ex-sélectionneur a été remplacé par Fernando Hierro, l’ancien défenseur international qui était jusqu’ici directeur sportif de la sélection. Après un tel rebondissement, les Espagnols auront-ils la tête à jouer ? Telle est la question…

… mais impressionnante sur le papier. Si l’état mental de la "Roja" reste un mystère, son talent ne fait aucun doute. A tous les postes, l’Espagne possède un, voire plusieurs joueurs de très haut niveau international. Entre De Gea dans les buts, Ramos et Piqué en défense, Iniesta, David Silva, Busquets et Isco au milieu, ou encore Diego Costa en attaque, les champions du monde 2010 ont de quoi faire très peur. Même en ayant changé de sélectionneur juste avant la compétition.

Enfin un but de Cristiano contre la Roja ? Qui dit Portugal, dit Cristiano Ronaldo. CR7 sera encore une fois le principal atout offensif des champions d’Europe en titre. Le Ballon d’Or, qui reste sur une fin de saison exceptionnelle avec le Real Madrid (avec une troisième Ligue des champions de suite), n’a pourtant jamais réussi face à son pays d’adoption. En quatre matches face à la Roja, il n’a ainsi toujours pas marqué. Cristiano et le Portugal restent également sur deux éliminations contre l’Espagne, en huitièmes de la Coupe du monde 2010 et en demi-finales de l’Euro 2012. Autant de raisons pour CR7 de prendre sa revanche.

La défense, toujours le point fort du Portugal. Si les Portugais possèdent de vrais atouts offensifs (Ronaldo, Guedes, Bernardo Silva…), leur force repose avant tout sur leur assise défensive. Le Portugal a terminé premier de son groupe de qualifications avec seulement 4 buts encaissés en 10 matches. Comme à l’Euro 2016, il faudra être très costaud pour prendre à défaut les champions d’Europe en titre. On souhaite bien du plaisir aux Espagnols.

Tourner la page du cauchemar de 2014. Le Portugal, comme l’Espagne, doivent une revanche à leurs supporters. En effet, les deux équipes ont été éliminées au premier tour de la Coupe du monde 2014, au Brésil. Les Portugais avaient ainsi terminé troisièmes de leur groupe, derrière l’Allemagne et les États-Unis. Les Espagnols, alors champions du monde en titre, avaient eux été humiliés d’entrée par les Pays-Bas (5-1), avant de perdre toute chance de qualification contre le Chili (2-0). Gageons qu’ils ont tous deux retenus la leçon.