Coupe du monde : revivez la victoire de la Suède aux dépens de la Suisse

, modifié à
  • A
  • A
But de Forsberg face à la Suisse (1280x640) Giuseppe CACACE / AFP
Emil Forsberg a fait craquer la défense suisse sur une frappe des 18 mètres. © Giuseppe CACACE / AFP
Partagez sur :

Face à une Suisse trop tendre, la Suède a logiquement décroché son billet pour les quarts de finale, mardi. Elle affrontera la Colombie ou l'Angleterre.

L'ESSENTIEL

La Suède l'a fait ! Sortie d'un groupe qui comprenait l'Allemagne et le Mexique, la Suède poursuit sa belle aventure en Russie avec une belle qualification pour les quarts de finale, la première depuis 1994. Face à la Suisse, favorite de fait en raison de son classement Fifa (6ème contre 24ème à la Suède), les hommes de Janne Andersson ont eu les meilleures occasions et l'ont logiquement emporté 1-0. Ils attendent désormais leur adversaire : ce sera la Colombie ou l'Angleterre, qui s'affrontent mardi soir (20 heures).

SUÈDE - SUISSE : 1-0

But : Forsberg (66e)

Le point final : Surprise à Saint-Pétersbourg ! La Suède s'invite dans le top 8 à l'issue d'un huitième de finale globalement convaincant face à la Suisse (1-0). Le seul but de la rencontre a été inscrit par Emil Forsberg, peu après l'heure de jeu. Les Suédois auraient pu alourdir le score dans le temps supplémentaire mais le penalty d'abord accordé à Isaac Kiese Thelin s'est transformé en coup franc, sur lequel Sommer s'est opposé à Toivonen. Pour l'anecdote, Michael Lang a été exclu sur l'action. La "Nati", qui avait plu lors du premier tour, a manqué d'efficacité devant. La Suède affrontera la Colombie ou l'Angleterre, samedi prochain, en quarts de finale.

Le point à la 85e minute : La "Nati" donne tout. Les Suédois sont repliés dans leur moitié de terrain et évoluent désormais en contre. Mais les Suisses peinent toujours autant à se créer des occasions franches, une constance depuis le coup d'envoi de ce huitième de finale.

Le point à la 80e minute : La Suisse part à l'abordage. C'est parfois désordonné mais on a le sentiment que ça peut passer. Le sélectionneur Vladimir Petkovic a sorti Dzemaili et Zuber, tous deux assez décevants, pour Haris Seferovic et Breel Embolo. Ce dernier s'est mis en évidence par son activité et a été tout près d'égaliser sur un coup de tête au deuxième poteau que le buteur, Forsberg, a dégagé juste devant sa ligne.

Le point à la 70e minute : La Suède est devant et c'est logique !  Et c'est sur une frappe des 18 mètres, qu'ils avaient souvent refusé de prendre, que les Suédois ont ouvert le score. Servi depuis le côté gauche, Forsberg a pris sa chance, et sa frappe a été déviée par Akanji. Sommer, impuissant, a vu le cuir se loger dans sa lucarne droite (66e). Deux minutes plus tard, Ekdal a eu moins de réussite que son coéquipier (68e). Désormais dos au mur, la "Nati" se porte aussi à l'attaque, à l'instar de Ricardo Rodriguez, mais sa frappe, trop propre, a été facilement captée par Robin Olsen (69e). Suède-Suisse : 1-0

Le point à la 60e minute : La match se tend et les opportunités se font désormais très rares. Les Suédois ne prennent pas assez de risques en attaque, à l'image de ce "refus de jeu" d'Ekdal, qui n'a pas osé frapper à une vingtaine de mètres du but. La Suisse, elle, déçoit dans ce début de deuxième période.

Le point à la 50e minute : La Suède n'arrive toujours pas à concrétiser. Les joueurs de Janne Andersson ont encore eu une très belle occasion d'entrée dans cette deuxième période. Mais la frappe de Toivonen, déclenchée après une situation assez confuse encore, est passée au-dessus.

Le point à la reprise : aucun changement à signaler à l'entame de cette deuxième période. Lustig a été averti en première période et en cas de qualification de la Suède pour les quarts de finale, il serait suspendu.

Le point à la pause : À l'issue d'une première période animée, la Suède et la Suisse se séparent sur le score de 0-0. La "Nati" a eu la possession du ballon mais les meilleures opportunités ont été suédoises, à l'image de la toute dernière avant la mi-temps d'Albin Ekdal, bien maladroit sur un centre parfait venu de la droite de Lustig (41e). On a le sentiment que, dans ce match, la première équipe qui marquera aura fait un grand pas…

Le point à la 40e minute : Ça se rapproche, ça se rapproche… Il y a toujours des occasions dans ce huitième de finale. À la 34e minute, Granit Xhaka, buteur face à la Serbie, a adressé une frappe des 25 mètres qui est passée au-dessus. Moins de cinq minutes plus tard, c'est cette fois un mouvement depuis le côté gauche de la surface qui a conduit à un tir, non cadré, de Dzemaili, après un une-deux avec Zuber (38e). Enfin, le même Dzemaili a été tout près de tromper son propre gardien sur un coup franc suédois botté par Emil Forsberg (40e).

Le point à la 30e minute : Les débats se sont équilibrés, toujours des occasions. La Suisse continue de passer par les côtés, avec un Shaqiri omniprésent, mais pas encore décisif. À la 24e minute, le centre du joueur de Stoke City a ainsi trouvé la tête de Steven Zuber, dont la reprise est passée à côté. Mais la plus belle opportunité des dernières minutes a encore été suédoise. Après une situation confuse dans la surface de réparation, Toivonen, bien inspiré, a remis de la poitrine pour Berg, dont le tir, bien ajusté, a été sorti par Sommer d'une belle diagonale main droite au sol (28e).

Le point à la 20e minute : La Suisse se réveille, Shaqiri en chef d'orchestre. Après quelques chaudes situations en défense, la "Nati" a retrouvé ses esprits. À la baguette, Xherdan Shaqiri, dont la passe en profondeur vers Blerim Dzemaili a été trop longue (11e) et le centre vers Josip Drmic trop enlevé (14e).

Le point à la 10e minute : La Suède démarre plein fer et se crée les premières occasions. Sur un très beau jeu au triangle, Ola Toivonen a trouvé Marcus Berg sur le côté droit de la surface. L'attaquant du club d'Al-Aïn, aux Émirats arabes unis, a complètement dévissé sa frappe (8e). Berg, on l'a retrouvé sur l'action suivante. Le gardien de la "Nati", Yann Sommer, a complètement raté son engagement. Le ballon est revenu sur Berg, dont la reprise a été contrée. Albin Ekdal a alors repris le cuir de plein fouet, à l'entrée de la surface, mais c'est passé au-dessus. En dehors d'une frappe non cadrée de Xherdan Shaqiri, dès la 1re minute de jeu, la Suisse ne s'est pas montrée dangereuse du tout dans ce début de match.

Le point au coup d'envoi : un stade pas plein, six joueurs sous la menace d'une suspension. L'engagement a été donné par les Suédois, qui évoluent dans leurs traditionnelles couleurs, jaune et bleu. La Suisse joue en rouge et blanc. Cet avant-dernier huitième de finale (le dernier opposera mardi soir la Colombie à l'Angleterre) se dispute dans une enceinte qui n'est pas totalement remplie. À noter que six joueurs sont sous la menace d'une suspension en quarts de finale en cas de nouvel avertissement : Claesson, Ekdal et Lustig côté suédois, Behrami, Shaqiri et Zakaria (remplaçant) côté suisse.

Le point sur les compos : la Suisse sans Schär ni Lichtsteiner, avec Drmic. Comme attendu, le sélectionneur de la Suisse Vladimir Petkovic a fait entrer dans le onze de départ Johan Djourou et Michael Lang, en remplacement de Fabian Schär et Stephan Lichtsteiner, suspendus. À la pointe de l'attaque, l'avant-centre de Mönchengladbach Josip Drmic a été préféré à celui du Benfica Lisbonne Haris Seferovic. Du côté de la Suède, Janne Andersson propose un onze classique, remplaçant seulement le suspendu Sebastian Larsson par le milieu des Seattle Sounders Gustav Svensson. Un temps incertain en raison de l'accouchement tout proche de sa femme, le capitaine suédois Andreas Ganqvist est bien présent.

Le point d'avant-match : la Suède sur sa lancée ? Sortie en tête de son groupe, devant le Mexique et l'Allemagne, la Suède aborde ce huitième avec le vent dans le dos. Andreas Granqvist et ses coéquipiers viennent de battre le Mexique 3-0 alors que la Suisse, victorieuse de la Serbie 2-1, a achevé la phase de groupes avec un décevant match nul face au Costa Rica, pourtant déjà éliminé (2-2).