VivaTech : les grands groupes misent plus que jamais sur les start-up

  • A
  • A
VivaTech : les grands groupes misent plus que jamais sur les start-up
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

De nombreuses entreprises françaises sont présentes au salon VivaTechnology. Elles sont accompagnées de start-up.

Air France, Engie, la SNCF, la RATP, LVMH, La Poste, BNP Paribas... A VivaTech, le salon français de l'innovation qui se tient jusqu'à samedi à la Porte de Versailles, la majorité des grands groupes français présentent leurs innovations. "C'est un peu le lieu où il faut être", résume un directeur marketing. Et sur place, tous sont venus avec des start-up pour mettre en avant leur travail commun et ce qu’elles peuvent leur apporter.

Engie mise sur les start-up

Chez Engie, le numérique et les innovations des start-up doivent permettre de faciliter la transition énergétique, un axe sur lequel le groupe mise beaucoup. En se promenant sur le stand du fournisseur d'énergie, on découvre notamment un film solaire ultra-fin, léger et flexible qui peut s'installer sur les toits ne pouvant pas supporter le poids des panneaux solaires traditionnels. En plus de cela, Engie a également annoncé l'ouverture d'un "Drone Lab" dédié aux usages des robots et des drones. Ces derniers pourraient par exemple être utilisés pour collecter des données sur le terrain dans les endroits difficiles d'accès pour l'homme.

Pour proposer ces solutions, Engie investit de manière régulière dans de jeunes pousses. Il a ainsi racheté en 2016 Sidarel, une société française spécialisée dans la modélisation 3D des villes. La start-up a également développé des logiciels pour gérer les smart-city et le déploiement des réseaux, le cœur de métier d’Engie. 

Air France et l'enjeu de la relation clients

Dans le monde du voyage, Air France a également fait le déplacement à VivaTech. "Une première", souligne Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France - KLM. Mais pour lui, pas de doute, la compagnie française a toute sa place sur le salon. Elle aussi venue accompagnée de plusieurs start-up, elle explique que ces jeunes entreprises lui permettent "d'enrichir ses connaissances". Et l'objectif est clair : "​Développer des coopérations fructueuses" pour améliorer service aux clients. Pour cela, plusieurs outils sont proposés aux start-up. Un incubateur interne, baptisé Start Tech Factory, permet aux nouveaux venus dans l'aérien et la relation clients d'accéder plus facilement aux responsables de la compagnie. Un fonds pour accompagner leur développement et des facilités pour voyager sont aussi proposés.

Car chez Air France, le numérique est désormais au centre de toutes les attentions. Et pour cause, un billet sur trois est réservé en ligne sur l'un des sites du groupe, "un toutes les cinq secondes", précise Adeline Challon-Kemoun, directrice générale adjointe chargée du marketing, du digital et de la communication du groupe. "Grâce au digital, nous avons une connaissance de nos clients qui permet de leur apporter une relation extrêmement personnelle", poursuit Jean-Marc Janaillac. Alors la compagnie a équipé tous les personnels au contact des clients d'iPad. Grâce à eux, ils peuvent accéder à toutes les données sur les clients.

Dans les semaines à venir, la compagnie aérienne va tester de nouvelles fonctionnalités en partenariat avec ses start-up partenaires. Un chat-bot sera par exemple lancé sur Facebook Messenger fin juin pour permettre aux passagers de s'enregistrer ou de faire une réclamation bagage depuis le réseau social. Un moyen de mettre le numérique au service du client. Car si ses demandes répétitives sont traitées par un bot, "​les assistants auront plus de temps pour répondre aux questions plus pointues".