Twitter généralise les tweets de 280 caractères

  • A
  • A
Twitter généralise les tweets de 280 caractères
Twitter généralise les 280 caractères.@ JONATHAN ALCORN / AFP
Partagez sur :

Le réseau social a annoncé mardi soir qu’il allait permettre à tous ses utilisateurs de tweeter avec 280 caractères.

Après plusieurs semaines de test, résultat concluant pour les 280 caractères sur Twitter. Le réseau social à l’oiseau bleu a annoncé mardi soir qu’il allait étendre cette fonctionnalité à tous ses utilisateurs. Dans un long billet de blog, il explique que l’usage des 280 caractères s’est normalisé et qu’il n’a pas modifié l’ADN du réseau social.

Pas de problème de lisibilité. Lors de la mise en place de ce test, les internautes avaient mis en avant le risque de perdre la simplicité et le côté instantané de Twitter, mais le réseau social explique que, passé les premiers jours, peu de messages atteignaient la limite des 280 signes. À l’inverse, la plus grande souplesse encourageait les utilisateurs à tweeter. "Notre but était de rendre (l'allongement) possible tout en s'assurant que l'on conservait la vitesse et la brièveté qui font de Twitter, Twitter", a expliqué le réseau social, qui avait lancé récemment un test auprès de certains utilisateurs.

Jugeant les essais concluants, "nous lançons le changement dans toutes les langues" en caractères latins, pour lesquelles la limite de 140 caractères posait problème aux utilisateurs, contrairement au japonais, coréen ou chinois, langues plus compactes, a poursuivi Twitter. Lorsque les utilisateurs ont plus de place, ils tweetent "plus facilement et plus souvent", a justifié le groupe, qui n'a jamais dégagé de bénéfices. 

De nombreux changements. Depuis plusieurs mois, Twitter multiplie les annonces pour simplifier son utilisation. Avant de tester les 280 caractères, il avait déjà supprimé les images et les mentions du décompte des caractères. Les "favoris" avaient aussi été remplacés par un "like" pour plus de clarté. 

Une fenêtre d'expression plus grande pour Donald Trump ? Comme lors de l'annonce du test en septembre, la généralisation des 280 caractères a suscité une avalanche de réactions sur le réseau, beaucoup d'utilisateurs s'amusant à tester la nouvelle longueur tandis que d'autres, une nouvelle fois, en profitaient pour railler Donald Trump. "J'abandonnerai volontiers mes 140 caractères supplémentaires si Twitter désactive le compte de Trump", a ainsi noté DaShanne Stokes, héraut des droits civiques aux États-Unis, estimant que la décision de Twitter donnait au président "une arme plus puissante pour faire du mal à plus de gens".

Très actif sur Twitter, où il poste des messages plusieurs fois par jour, le président républicain utilise la plateforme pour des annonces majeures de politique intérieure et internationale, mais aussi pour critiquer des alliés, railler des adversaires et menacer la Corée du Nord. La semaine dernière, Twitter avait annoncé "des mesures", sans préciser en quoi elles consistaient, après que l'un de ses employés eut suspendu, l'espace de quelques minutes, le compte de Donald Trump.

Un renouvellement nécessaire. Contraint de se renouveler en raisons de ses difficultés financières - il a encore perdu une vingtaine de millions de dollars au troisième trimestre et le nombre d'utilisateurs actifs stagne autour de 330 millions -, Twitter marchait sur des œufs concernant l'allongement des tweets. Début 2016, l'hypothèse de l'abandon du dogme des 140 caractères avait provoqué une levée de boucliers de certains utilisateurs, craignant que le service perde son âme.