Snapchat et Facebook bientôt interdits aux moins de 16 ans ?

  • A
  • A
Snapchat et Facebook bientôt interdits aux moins de 16 ans ?
Les réseaux sociaux pourraient bientôt être interdits au moins de 16 ans.@ AFP
5161 partages

RÉSEAUX SOCIAUX - Une nouvelle disposition, actuellement en discussion à Bruxelles, pourrait interdire l'accès aux réseaux sociaux aux jeunes de moins de 16 ans sans l'accord de leurs parents.

Snapchat, Facebook ou encore Vine vont-ils se vider de leur première source d'utilisateurs ? Alors que les jeunes - et les adolescents - représentent une part importante des utilisateurs des réseaux sociaux (2,3 millions d'utilisateurs ont entre 12 et 17 ans en France), l'Union européenne pourrait changer la donne. Bruxelles s’apprête en effet à voter une nouvelle disposition visant à interdire l'accès aux jeunes de moins de 16 ans à tout service récupérant leurs données personnelles sans un accord de leurs parents. 

Interdit au moins de 13 ans. A ce jour, la plupart des réseaux sociaux sont interdits aux enfants de moins de 13 ans. Ils respectent sur ce point la législation américaine qui interdit la collecte des données personnelles sur des jeunes de moins de 13 ans. En Europe, il n'existe pas, pour le moment, de texte fixant une limite d'âge pour tous les pays, chaque pays étant libre de décider lui-même de l'âge limite. En France, c'est cependant la même limite qu'aux Etats-Unis qui s'applique : 13 ans.

Mentir sur son âge. Avec cette nouvelle disposition européenne intégrée à la dernière minute au texte sur les données personnelles, l'UE relèverait cette limite à 16 ans dans tous les Etats membres. Contacté par Le Figaro, le rapporteur du texte, l'eurodéputé Jan Philipp Albrecht, n'a pas souhaité faire de commentaires sur le sujet. En pratique, il semble pourtant presque impossible de relever cette limite. Il sera en effet toujours aussi facile aux jeunes de mentir sur leur date de naissance et donc sur leur âge. De même, le mode de vérification de l'accord parental pose question. Rien sur le sujet n'a filtré pour le moment, mais s'il s'agit d'une simple case à cocher, tous les jeunes de moins de 16 ans pourront la cocher sans plus de problèmes.

Facebook suit le dossier. Contacté par Europe 1, Facebook ne s'exprime pas sur le sujet et se contente de préciser que l'avancé de ce projet "va être suivie de près". D'autres voies se sont cependant faite entendre à l’instar du CEO de ConnectSafely.org, une organisation à but non lucratif qui explique que les réseaux sociaux ont souvent un rôle positif pour les jeunes en leur permettant de s'exprimer et d'empêcher, parfois, des suicides grâce aux messages postés sur le web.

Texte définitif mi-2016. Le texte, après un premier vote à la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures dans les prochains jours, devrait être adopté de manière définitive d'ici à mi-2016. La transcription de cette loi à chaque pays européen ne pourrait toutefois pas intervenir avant 2018.