Le "nouveau" Nokia 3310 ou la nostalgie au prix fort

  • A
  • A
Le "nouveau" Nokia 3310 ou la nostalgie au prix fort
Europe 1 a testé le nouveau Nokia 3310.@ Grégoire Martinez / Europe 1
Partagez sur :

TEST - Avec sa réédition du 3310, Nokia avait tout pour faire craquer les fans. Europe 1 l’a testé. Verdict ! 

TEST

17 ans après, il fait son grand retour... La 3310 de Nokia, téléphone mythique s'il en est, revient dans une nouvelle version imaginée par HMD, la société finlandaise qui a repris les droits de la marque Nokia. Très attendue, cette réédition du mobile est disponible depuis jeudi chez Colette, avant son arrivée dans tous les magasins le 6 juin. Europe 1 l'a essayé.

Le choc des générations

Dix ans après la sortie de l'iPhone - le premier smartphone grand public doté d'un écran tactile -, on en avait presque oublié les téléphones à clavier d’avant et le temps où il fallait parfois appuyer quatre fois sur la même touche pour voir apparaître la lettre souhaitée. Et force est de constater que ce retour au début des années 2000 demande un temps d’adaptation. Tout comme la touche permettant de revenir en arrière - le téléphone "rouge" - que l'on se prend à confondre avec le bouton principal et sur laquelle, lorsque l’on appuie trop, l'écran d'accueil apparaît immédiatement.

On note tout de même quelques changements dans l'apparence de ce 3310 cuvée 2017. Ce saut dans le temps a d'abord fait subir au 3310 une sévère cure d'amaigrissement. L'appareil a aussi gagné en légèreté. Il n'est plus question aujourd'hui de trouver un smartphone aussi compact que ce 3310.

Et qu’en est-il de la caractéristique technique si particulière du 3310 original, sa solidité ? Tous les possesseurs du téléphone de Nokia ont eu l'occasion de le faire tomber et de la retrouver sans le moindre accroc. Désormais, les choses ont quelque peu changé. Si bien que l'on ne se risquerait pas à le faire tomber dans la rue juste pour s’amuser. Le plastique dont est fait le "nouveau" 3310 semble en effet assez peu résistant, pour ne pas dire fragile. Particulièrement, pour ce qui concerne le plastique brillant des versions colorées. Sur le modèle noir que nous avons essayé plus longuement, on note la présence de traces d’accrocs après quelques chocs, mais on reste cependant loin des dégâts qu’une même chute aurait provoqué sur un smartphone.

Des SMS et un (tout petit) peu plus

Ne cherchez pas Snapchat, la 4G ou les notifications pushs de vos médias favoris. Le nouveau Nokia 3310, aussi 2017 soit-il, ne propose rien de tout cela. Il se limite en effet à une interface basique avec une application par usage ainsi qu'à une connectivité 2G (oui oui, ce qui existait juste avant la 3G...). Le principal usage du mobile sera donc de répondre au téléphone et d'envoyer des SMS, les usages initiaux d'un téléphone en somme. Nokia a tout de même ajouté quelques fonctionnalités supplémentaires. On retrouve par exemple des applications Twitter, Facebook ou encore Messenger.

Connexion 2G oblige il ne faut cependant pas se rêver à tweeter à tout va ou à suivre une conversation de groupe avec Messenger dans laquelle les messages se suivent toutes les cinq secondes. On serait presque tenté de dire qu'utiliser son 3310 pour aller sur Internet revientà essayer d'aller sur Facebook depuis les sous-terrains du métro parisien...

Pour le reste, on retrouve également un appareil photo de 2MPixels à l'arrière. Et là, il s'agit d'un vrai retour dans les années 2000. Les photos sont pixelisées, floues dès que l'on bouge d'un demi-centimètre durant la prise de vue et surtout, compliquées à enregistrer tant la mémoire interne du 3310 est limitée (16Mo, extensible via une carte microSD jusqu'à 32Go). Et puis, bien sûr, il y a Snake, le jeu mythique, mais dont le niveau s’est quelque peu corsé.

Une autonomie qui fait rêver

L'autonomie du 3310 laisse rêveur. Même si elle est clairement en deçà de l'appareil original, on se surprend encore à ne pas avoir besoin de recharger l'appareil tous les soirs, comme les smartphones actuels. Il est en effet possible de tenir cinq jours à l'écart d'une prise de courant sans aucun problème. Une conséquence logique des usages et des fonctionnalités (limitées) que propose l'appareil. Alors au final, on adhère assez à la philosophie de Nokia pour qui cette réédition doit être l'occasion d'une "digital detox".

Mais c'est sans compter sur le prix de ce 3310. Initialement annoncé à 49 euros lors du Mobile World Congress de Barcelone, il arrive en France pour vingt euros de plus. Et d'un coup, 69 euros pour un téléphone dont les usages sont plus que limitées, cela fait quand même un peu cher payée la nostalgie... Cela aurait aussi pu être un bon premier téléphone pour les plus jeunes, mais sa fragilité apparente fait craindre qu'il ne résiste que peu de temps. Si l'idée de départ est amusante, ce 3310 cuvée 2017 souffre d'un véritable problème de positionnement. Trop cher pour être un simple achat de cœur ou d'appoint, et pas assez fonctionnel pour répondre aux besoins de tous les jours.