Le fabricant GoPro dans la tourmente

  • A
  • A
Le fabricant GoPro dans la tourmente
Le CEO de GoPro lors de l'entrée en bourse du groupe en 2014.@ AFP
Partagez sur :

MAUVAIS RÉSULTATS - Les derniers résultats du fabricant de caméras d'action GoPro ne sont pas bons. L'entreprise va supprimer des postes pour pallier la baisse des ventes.

Le fabricant américain de caméras d'action GoPro a annoncé mercredi la suppression de 7% de ses effectifs et des ventes de fin d'année très décevantes, provoquant un plongeon de son action dans les échanges électroniques d'après séance.

Une centaine d'emplois. Les coupes représentent une centaine de postes sur les quelque 1.500 salariés que GoPro comptait fin 2015. Le groupe souligne dans son communiqué que ses effectifs ont augmenté de plus de 50% par an sur les deux dernières années et dit vouloir "mieux aligner les ressources avec les initiatives de croissance clé".

Baisse du chiffre d’affaires. Il dévoile parallèlement un chiffre d'affaires provisoire pour le quatrième trimestre amputé d'environ un tiers comparé à la même période de 2014 et bien en-dessous des attentes des analystes : environ 435 millions de dollars quand la prévision moyenne était de 512 millions. GoPro invoque des ventes plus faibles que prévu de ses appareils, ainsi que les conséquences financières de la baisse des prix par laquelle il avait tenté de réveiller la demande pour sa dernière caméra Hero4 Session.

Inquiétude sur les possibilités de croissance. Les mini-caméras de GoPro ont été popularisées par les adeptes de sports extrêmes qui les utilisent pour filmer leurs exploits, avant de séduire les adolescents et jeunes adultes voulant partager des vidéos sur YouTube et les réseaux sociaux. Le groupe s'était lancé en Bourse en juin 2014, avec un prix initial de 24 dollars, avant de s'envoler dans les mois suivants, dépassant même en septembre-octobre 2014 la barre des 90 dollars. Mais les investisseurs ont ensuite commencé à s'inquiéter des perspectives de croissance du groupe et d'une éventuelle saturation de son marché, et la baisse boursière s'est accélérée l'été dernier : l'action a perdu les trois quarts de sa valeur depuis le mois d'août.