D'anciens employés de Facebook et Google sensibilisent sur les dangers des technologies

  • A
  • A
D'anciens employés de Facebook et Google sensibilisent sur les dangers des technologies
Image d'illustration.@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le groupe d'anciens employés va sensibiliser les écoliers, les parents et les enseignants dans plus de 55.000 écoles américaines.

Ils vont se battre contre ce qu'ils ont aidé à créer. Plusieurs anciens employés de Facebook et de Google tirent la sonnette d'alarme sur l'influence des réseaux sociaux et des smartphones sur nos vies. Avec le centre pour des technologies humaines et un groupe de travail pour sensibiliser les jeunes à l'addiction aux nouvelles technologies. Les élèves de 55.000 écoles américaines seront sensibilisés.

"Nous étions à l'intérieur". La campagne intitulée "la vérité à propos de la technologie" bénéficiera de 7 millions de dollars de budgets grâce à des levées de fonds. L'association réalisera des formations pour les enfants, mais aussi les enseignants et les parents sur les dangers des technologies et notamment la dépression suite à un usage trop important des réseaux sociaux. "Nous étions à l'intérieur. Nous savons ce que les entreprises mesurent. Nous savons comment elles parlent et nous savons comme leur système fonctionne", a expliqué Tristan Harris, ancien de chez Google au New York Times.

Un premier groupe. Depuis quelques mois, la place prise par les entreprises de la Silicon Valley dans la société et dans la vie de leurs utilisateurs inquiète. Au mois de novembre, l'un des premiers employés de Facebook avait alerté sur les dangers du réseau social. C'est cependant la première fois qu'un groupe se constitue. Déjà composé de Tristan Harris, Sandy Parakilas, ancienne responsable des opérations de Facebook, Lynn Fox, ancienne responsable de la communication de Google et Apple, Dave Morin, un ancien cadre de Facebook, Justin Rosenstein, créateur du bouton Like, Roger McNamee, un des premiers investisseur de Facebook et Renée DiResta, spécialiste des bots, le groupe pourrait continuer à grossir. C'est du mois ce qu'espèrent ses membres actuels.