Comment les nouveaux emojis sont-ils choisis ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Plus de deux ans peuvent s’écouler entre la proposition et la publication d’un emoji. Qui se charge de leur validation et de leur dessin ?  

Une girafe, une luge, une femme qui allaite... Comme chaque année, à l'automne, près d'une centaine de nouveaux emojis vont rejoindre le clavier des smartphones. Mais avant de les intégrer, les emojis suivent un véritable parcours du combattant. Deux ans peuvent même s'écouler entre la première proposition de l'un de ces symboles et son intégration. Mais alors qui propose de nouveaux emojis, qui se charge de les valider puis de les dessiner ? Explications.

Un consortium très secret 

C'est le très fermé Consortium Unicode qui étudie les propositions de nouveaux emojis. Cette association à but non lucratif se réunit quatre fois par ans pour faire le tri et contrôler chaque dessin. Composé de représentants des grandes entreprises de la technologie (Apple, Google, Microsoft, Twitter...), d'ingénieurs, de linguistes, mais aussi de représentants publics, le consortium est basé aux Etats-Unis et se réunit la plupart du temps au cœur de la Silicon Valley, chez les grands noms de la technologie, indique Le Figaro

La plupart des propositions émanent d'utilisateurs lambda. Chacun peut en effet soumettre une idée aux équipes de l'association. Mais celle-ci ne prend pas les choses à la légère et mieux vaut avoir du temps libre avant de se lancer dans une proposition. Le consortium demande en effet des explications détaillées et la raison d'être de ce potentiel nouvel emoji. Le potentiel d'utilisation doit aussi être mis en avant. Il s'agit en effet de ne pas créer des figures qui seraient laissées à l'abandon. Les logos, les marques ou les personnalités spécifiques sont bannies, prévient par ailleurs le consortium sur son site Internet. Des croquis du pictogramme doivent également être présentés.

Un processus de proposition fastidieux

Une fois le dossier complété, le processus - fastidieux - est encore loin d'être terminé. Chaque proposition est étudiée minutieusement lors de l'une des quatre réunions annuelles du groupe. L'auteur de la proposition peut être appelé à s'y exprimer pour justifier sa demande. Mais le tout se déroule dans une relative opacité. Jamais les médias ou les non-membres du consortium  ne peuvent accéder à ces réunions. Leur contenu est également considéré comme privé et ne peut être commenté par les membres du consortium.

Au total, entre la proposition et son intégration réelle dans les emojis, près de deux ans peuvent s'écouler. Car une fois l'emoji validé, ce dernier doit encore être intégré dans une mise à jour d'Unicode - le catalogue des emojis. Or, une seule nouvelle version est proposée chaque année. Ensuite, chaque constructeur, réseau social ou créateur de système d'exploitation doit encore l'adapter à ses standards graphiques. Ce n'est qu'une fois que ce processus est achevé qu'il devient accessible au grand public. C'est d'ailleurs ce que fera Apple avec la prochaine mise à jour d'iOS 11, iOS 11.1, qui intégrera plus de 100 nouveaux emojis.

De vrais débats de société

Et si le processus et la validation sont aussi complexes, c'est que les emojis ont pris de l’importance dans la société. Plus de 2,3 milliards de petites icônes ont été échangées dans le monde en 2016. Résultat, les dessins créent parfois de véritables débats de société, comme aux Etats-Unis à l'été 2016. Apple, en annonçant la nouvelle version de ses emojis, avait publié une image de l'emoji pistolet redessiné. Le changement ? La marque à la pomme avait transformé ce qui ressemblait à un vrai pistolet en un pistolet à eau en plastique vert.

Le projet avait immédiatement été salué par le lobby anti-armes à feu New Yorkers Against Gun Violence (NYAGV). L'organisation avait en effet appelé Apple dans une lettre ouverte à "retirer l'émoticône pistolet de tous (ses) produits comme un geste symbolique pour limiter l'accessibilité des armes". Certains y avaient aussi vu un message politique alors que le débat sur les armes à feu est toujours présent aux Etats-Unis. Un changement qui peut avoir une conséquence en termes de lisibilité. Les emojis sont en effet censés être un standard. Or, si possesseur d'iPhone, encore aujourd'hui, envoie un pistolet à eau à un ami ayant un smartphone Android, ce dernier recevra un "vrai" pistolet... Les dessins des emojis sont donc loin d'être à prendre à la légère.

Quelle différence entre les emojis et les émoticones ? Comment différencier les emojis, des émoticones et des smileys. Les smileys sont les ancêtres des emojis. Créés à partir de 1972 ils ont une forme ronde, deux yeux et une bouche. Les émoticones, eux, sont les symboles que l'on écrit en utilisant les caractères du clavier comme ;). Enfin, les emojis sont tous les symboles que l'on retrouve actuellement sur les smartphones, tablettes, ordinateurs ou réseaux sociaux.