Yohann Diniz : "il y aura de nouveaux combats dès l'année prochaine"

  • A
  • A
Yohann Diniz : "il y aura de nouveaux combats dès l'année prochaine"
Yohann Diniz a terminé sa course dans la douleur, vendredi à Rio@ JEWEL SAMAD / AFP
Partagez sur :

Le marcheur, qui a terminé le 50 km des jeux de Rio malgré des malaises et des maux intestinaux avant d'être brièvement hospitalisé, vendredi, entend bien poursuivre sa carrière. 

Sa douleur a été l'une des images fortes des Jeux de Rio. Mais le marcheur Yohann Diniz, 8e du 50 km vendredi malgré des malaises et des maux intestinaux ayant conduit à son hospitalisation après la course, n'entend pas raccrocher après Rio, a-t-il annoncé samedi.

"Je ne peux pas finir sur une note comme hier". "Pour le moment, le corps a besoin de beaucoup de repos mais il y aura de nouveaux combats dès l'année prochaine", a-t-il assuré à la presse. "Là, je me vois chez moi et l'année prochaine à Londres", au Mondiaux-2017. A 38 ans, il n'est donc pas question pour le marcheur de mettre un terme à sa carrière: "je ne peux pas finir sur une note comme hier (vendredi), je peux finir largement mieux que ça". Il s'agira de "s'amuser, prendre du plaisir tout au long de l'année sur de plus courtes distances, en s'alignant peut-être sur plus de courses", a précisé Diniz, "car hier, à la fin, je n'en ai pas pris beaucoup!"

"Briser le signe indien". En terres anglaises, le triple champion d'Europe et recordman du monde, qui avait été disqualifié des JO de Londres en 2012 après avoir terminé à la 8e place, aura à coeur de "briser le signe indien". Il se fixe d'ores et déjà pour objectif d'"aller conquérir une médaille mondiale. Pour une médaille olympique (à Tokyo en 2020, ndlr), on verra plus tard".

Hospitalisé après avoir perdu connaissance par deux fois pendant et après la course, suite à de sévères troubles digestifs, Diniz a rejoint le Village olympique vendredi soir, après avoir passé plusieurs heures à l'hôpital Américain de Rio de Janeiro. Malgré son état, il était parvenu, un peu plus tôt, à rallier l'arrivée de l'épreuve, 8e à 5 minutes 45 sec du vainqueur, le Slovaque Matej Toth.