VIDÉO - L'incroyable lob de l'Américaine Carli Lloyd

  • A
  • A
VIDÉO - L'incroyable lob de l'Américaine Carli Lloyd
Carli Lloyd est tout sourire après avoir inscrit un but d'anthologie, dimanche, en finale du Mondial.@ Kevin C.COX/Getty Images/AFP
Partagez sur :

EXPLOIT - L'Américaine, élue meilleure joueuse du tournoi, a inscrit un lob du milieu du terrain contre le Japon.

Pelé en avait rêvé, Carli Lloyd l'a fait. La joueuse américaine, vainqueur du Japon avec son pays, dimanche, en finale de la Coupe du monde de football (5-2), a marqué un but sur un lob du milieu du terrain, un geste que la légende brésilienne avait popularisé après une tentative, manquée, face à la Tchécoslovaquie, lors de la Coupe du monde 1970. La n°10 des Etats-Unis, elle, a fait trembler les filets. Auteure déjà d'un doublé en début de match, en deux minutes (3e et 5e minutes), et alors que son équipe menait déjà 3-0, Lloyd a tenté un lob, peu après la ligne du milieu du terrain, après avoir vu la gardienne japonaise avancée. Ayumi Kaihori, mal sur ses appuis et sans doute gênée par le soleil, a trébuché et n'a pu que toucher le ballon qui a fini sa course derrière la ligne après avoir heurté le montant droit.

Carli Lloyd lobe la gardienne japonaise :

Le ballon est parti parfaitement, c'était incroyable." "Sur mon lob, j'ai vu la gardienne avancée et ça n'aurait pas pu être mieux. Le ballon est parti parfaitement, c'était incroyable", a convenu la joueuse américaine, auteure de six buts et élue meilleure joueuse de la compétition. Celle qui était également capitaine de son équipe a transmis le brassard en fin de match à Abby Wambach, qui, depuis le banc de touche, a apprécié le spectacle offert par sa coéquipière.

"Les 15 premières minutes étaient irréelles. Je me disais que j'étais morte et que c'était mon paradis. Carli continuait à marquer à chaque fois qu'elle frappait, c'était dingue", a souri la buteuse américaine, 14 buts en Coupe du monde en carrière. Après ce premier quart d'heure de folie, à l'issue duquel elles menaient 4-0, les Américaines ont ralenti l'allure mais l'ont finalement remporté 5-2, décrochant ainsi leur troisième titre mondial après 1991 et 1999.