Sterling filme la maison achetée pour sa mère et choque l'Angleterre

  • A
  • A
Sterling filme la maison achetée pour sa mère et choque l'Angleterre
Raheem Sterling, "The Hated One" @ AFP
Partagez sur :

SCANDALE - Après l'humiliation subie par l'Angleterre contre l'Islande (2-1), Raheem Sterling a fait étalage de sa richesse dans des vidéos postées sur Snapchat.

VIDEO

Il a des livres, Sterling (vous l'avez ?), et il n'hésite pas à le montrer. Dans une série de vidéos postées sur l'application Snapchat, le jeune Anglais n'a rien trouvé de mieux que de filmer la luxueuse maison achetée pour sa mère, quelques heures seulement après l'accablante élimination contre l'équipe d'Islande (2-1), dimanche dernier, en huitième de finale de l'Euro 2016. Etrangement, la chose n'a pas été très bien accueillie outre-Manche.

Ferrari, salle de cinéma et diamant dans la salle de bain. Pendant que l'Angleterre se remettait de sa gueule de bois, entre la démission de Roy Hodgson et le zéro pointé dans le Times, Raheem Sterling, pas traumatisé pour un sou, a profité de son retour à la maison. Dans les vidéos Snapchat (qui ne peuvent durer plus de dix secondes, mais qu'un internaute a gentiment regroupé sur Youtube), l'ailier de Manchester City présente la demeure, très cossue, et les somptuaires richesses qui l'accompagne : grosses cylindrées dans le parking (Ferrari, Range Rover...), salle de cinéma privée, et salle de bain luxueuse où les lavabos sont notamment ornés de diamants. En montrant les bolides, l'Anglais n'hésite d'ailleurs pas à lâcher un "my winning team" (comprenez "mon équipe gagnante"), histoire de "troller" jusqu'au bout le onze de la Rose.

La vidéo du scandale :

"The Hated One". Si l'Angleterre a été choqué par les "snaps" de l'ailier de 21 ans, ce n'est pas tant par le caractère ostentatoire de ses vidéos - finalement assez propre aux footballeurs de notre temps -, mais bien par le timing choisi par Raheem Sterling. "Apprends à faire des passes plutôt que de filmer tes diamants", "Prends ta retraite", "Les fans n'oublieront pas, tu nous as déshonorés", sont quelques messages postés par des fans anglais et relayés dans le Sun jeudi. Celui qui a été surnommé "The Hated One" par les supporters, après ses performances insipides durant l'Euro, risque désormais de garder ce pseudonyme un bon bout de temps.