Rugby : Ezeala, le jeune allier de Clermont, reprend "une vie normale" après sa commotion cérébrale

  • A
  • A
Rugby : Ezeala, le jeune allier de Clermont, reprend "une vie normale" après sa commotion cérébrale
L'ailier auvergnat (en jaune) va resté éloigné des terrains trois semaines. @ CHRISTOPHE SIMON / AFP
Partagez sur :

Le rugbyman de 18 ans est resté KO à l'issue d'un violent choc lors de son premier match en top 14 début janvier, contre le Racing 92.

Le jeune ailier de Clermont, Samuel Ezeala, en convalescence après un KO le 7 janvier lors de son premier match en Top 14 face au Racing 92, a "repris [une] vie normale", a-t-il indiqué mardi en attendant de pouvoir reprendre le rugby. "Je vais très bien, je n'ai plus aucun signe de cette commotion", a déclaré pour la première fois depuis son choc le jeune homme, 18 ans, dans un entretien diffusé mardi soir sur le site internet du club auvergnat.

"Il ne manque plus que le rugby". "Les nouvelles sont très rassurantes, le docteur et le neurologue m'ont donné l'autorisation de reprendre progressivement la musculation depuis ce début de semaine", a détaillé Ezeala. "J'ai également repris les cours au lycée où je n'ai pas de mal à me concentrer et suivre les cours. J'ai repris ma vie normale, il ne manque plus que le rugby", a assuré l'ailier auvergnat qui, éloigné des terrains au moins trois semaines selon le club, prend "[s]on mal en patience".

Trop jeune pour le Top 14 ? Le 7 janvier sur le terrain du Racing 92 (défaite 58-6), les images de son choc avec son vis-à-vis parisien Virimi Vakatawa - tête en avant et qui l'avait laissé sans connaissance- et des draps tendus par le personnel médical pour cacher les détails de l'intervention, avaient largement impressionné suscitant de nombreuses réactions. Le syndicat de joueurs Provale avait notamment estimé qu'Ezeala était peut-être trop jeune pour jouer en Top 14.

"Du choc, il me reste des images qui sont passées en boucle sur internet. Tout a été très flou pendant quelques minutes et j'ai vraiment repris pleinement conscience à mon arrivée à l'hôpital", a poursuivi Ezeala. "J'ai été rapidement rassuré par les docteurs qui m'ont dit que c'était une commotion cérébrale classique, que les examens, Scanner et IRM, étaient normaux et qu'il n'y avait pas de risque", a conclu le jeune espoir .