Rugby : Guy Novès succédera à Saint-André à la tête du XV de France

  • A
  • A
Rugby : Guy Novès succédera à Saint-André à la tête du XV de France
Guy Novès avait refusé en 2011 de devenir sélectionneur du XV de France. @ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

RUGBY - L'actuel manager du Stade toulousain est le nouveau sélectionneur de l'équipe de France de rugby, a confirmé dimanche la Fédération française de rugby (FFR).

Le suspens n'était pas vraiment au rendez-vous mais au moins, désormais, c'est officiel : Guy Novès, 61 ans, est le nouveau sélectionneur du XV de France, a confirmé dimanche la Fédération française de rugby (FFR). Le vote des dirigeants de la Fédération française de rugby (FFR) a en effet désigné l'actuel manager du Stade toulousain pour succéder à Philippe Saint-André. Il entrera en fonction le 1er novembre, après la Coupe du monde 2015. Déjà contacté en 2011 par la FFR pour le poste, Guy Novès avait refusé de présenter sa candidature pour des raisons professionnelles et familiales. 

Un scrutin à bulletin secret. À l'issue d'un scrutin à bulletin secret qui s'est déroulé à Marcoussis, Guy Novès l'a emporté sur plusieurs autres candidats, dont le manager de Bordeaux-Bègles, Raphaël Ibanez, l'ancien manager de Montpellier Fabien Galthié ou encore l'Anglais Clive Owen. Novès devrait être accompagné de l'actuel entraîneur des avants du XV de France Yannick Bru et de l'entraîneur des arrières du Stade Français Jean-Frédéric Dubois. Le talonneur et l'ouvreur connaissent bien Guy Novès, qui a été leur entraîneur dans le passé.

La FFR, qui avait lancé un appel à candidatures il y a deux mois, a annoncé la nouvelle dimanche pour ne pas interférer avec les matchs de barrage de la phase finale du Top 14 qui ont pris fin samedi soir. 

"Le XV de France flingue le Top 14". Guy Novès, joueur puis entraîneur emblématique du Stade Toulousain depuis 1975, possède le palmarès le plus étoffé du rugby français, avec douze titres de Champion de France au total (dont deux sur le terrain, à l'aile des Rouge et Noir) et quatre Coupes d'Europe. Mais celui qui fut jusqu'à 2001 professeur de sport dans un collège, est aussi depuis plus de vingt ans l'un des plus farouches contempteurs du XV de France et de la FFR. Plus d'une fois il s'est élevé contre le calendrier aux cadences "débiles" et ce système de mise à disposition des internationaux qui "presse" ses joueurs "comme des citrons" et finalement pénalise les clubs. Dont le sien puisque le Stade toulousain est un important contributeur du XV.

"Le XV de France flingue le Top 14", osait-il même encore il y a peu de temps, avant d'édulcorer son discours ces derniers mois. Le voilà désormais propulsé comme premier rempart des Bleus, à qui il sera chargé d'insuffler son tempérament et son culte extrême de la victoire. En attendant, il essayera d'offrir à Toulouse le 20e Bouclier de Brennus de son histoire, afin de s'offrir une sortie à la mesure de sa carrière en Rouge et Noir.