Loïck Peyron : "l'arrivée, c'était du délire"

  • A
  • A
Loïck Peyron : "l'arrivée, c'était du délire"
@ DR
Partagez sur :

BEAU VAINQUEUR - Le skipper français Loïck Peyron a remporté la 10e édition de la Route du Rhum en battant le record au passage.

Loïck Peyron a remporté en patron la Route du Rhum avec le maxi trimaran Banque Populaire VII, améliorant du même coup le record de l'épreuve, longue de quelque 3.542 milles (environ 6.560 km). Arrivé lundi à Pointe-à-Pitre à 0h08 (5h08 heure de Paris), le Français a largement dominé la course, établissant un nouveau temps de référence en 7 jours 15 heures et 8 minutes.  "Le record, c'est anecdotique, c'est la cerise sur le bateau !", a lancé Peyron.

L'arrivée à Pointe-à-Pire, du "délire". "C'est un vrai bonheur d'arriver", a confié Loïck Peyron, lundi matin au micro d'Europe 1. "Un bonheur partagé ici. C'était incroyable ! L'arrivée dans le port de Pointe-à-Pitre avec toute la Guadeloupe au grand complet, c'était le grand délire".



Le début et la fin difficile. "Les premières 48 heures ont été éprouvantes", a confié le skipper français au micro Europe 1. "Les dernières heures aussi ont été compliquées. Il y a eu beaucoup de manœuvres autour de cette île pour finir. Je crois que je vais bien dormir". Peyron, 54 ans, avait déjà disputé cette course à six reprises, sans jamais la remporter. A 19h le 2 novembre, il avait pris la tête de la flotte de 91 concurrents pour ne plus la lâcher. Soit seulement six heures après le départ de Saint-Malo !

"Une victoire collective". Même s'il a évidemment profité de l'abandon prématuré de Thomas Coville (Sodebo Ultim'), la performance de Peyron laisse pantois. Et ce, d'autant plus qu'il avait pris en mains son bateau seulement deux mois et demi avant le départ, le skipper désigné (Armel Le Cléac'h) ayant été obligé de renoncer en raison d'une blessure au poignet droit.



"Récupérer ce magnifique bateau à la place d'Armel, il y a seulement deux mois, c'était une situation exceptionnelle", a expliqué Loïck Peyon à Europe 1. "Je me suis entraîné comme un malade avec une équipe que je connais bien. On a tout bien fait. Une victoire en solitaire, ça ne peut pas s'imaginer sans une belle équipe. Et le team Banque Pop', c'est une très belle équipe".