Ligue 1 : plus de 3.000 femmes invitées à Lille-Lorient

  • A
  • A
Ligue 1 : plus de 3.000 femmes invitées à Lille-Lorient
Face à Lorient, le Losc devrait réaliser sa meilleure affluence de la saison avec plus 38.000 spectateurs.@ AFP
Partagez sur :

"Mesdames, chez nous, vous êtes les bienvenues !", avait écrit le Losc mardi sur Twitter, en réaction à une banderole misogyne repérée la semaine dernière au stade de Lyon.

Plus de 3.000 femmes vont profiter de places gratuites pour le match de Ligue 1 entre Lille et Lorient, samedi, après avoir bénéficié d'une offre lancée mardi, a indiqué le club nordiste vendredi, répondant ainsi à une banderole misogyne aperçue à Lyon.

Plus de 6.000 femmes au total. Au total, avec les abonnées, ce sont plus de 6.000 femmes qui assisteront à la rencontre où le Losc devrait réaliser sa meilleure affluence de la saison avec plus 38.000 spectateurs. Ce match sera le premier à domicile en championnat depuis le rachat du club par Gérard Lopez et l'arrivée mardi de six recrues au dernier jour du mercato. "Mesdames, chez nous, vous êtes les bienvenues !", avait écrit le Losc mardi sur Twitter, rebondissant ainsi avec humour sur la banderole misogyne qui a fait polémique au stade de Lyon.



Lors de la rencontre Lyon-Lille samedi dernier au Parc OL (2-1 pour les Lillois), des supporters lyonnais ont déployé une banderole sexiste représentant un pictogramme de femme, accompagnée de la mention "cuisine", tandis que les hommes sont associés au terme "stade".



Trois jours plus tard, Lille avait détourné l'image sur Twitter. En lieu et place de la "cuisine", c'est le nom du stade Pierre-Mauroy qui était mentionné. Lille "souhaite la bienvenue aux femmes en proposant une offre exceptionnelle : toutes les places sont gratuites pour les femmes sur Losc-FC Lorient !", promettait le club lillois. Captée par les images de la télévision française Canal+, la banderole avait suscité une série de critiques sur les réseaux sociaux, dont celle de Wendie Renard, vedette de l'équipe féminine de Lyon et capitaine des Bleues, qui a demandé "des explications aux supporters" lyonnais dans un tweet.



Le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, a assuré sur les réseaux sociaux que le club allait porter plainte après cette banderole "déplacée et relayée par un individu identifié".