Ligue 1 - Monaco : Pietro Pellegri, 16 ans, le nouveau diamant du Rocher ?

  • A
  • A
Ligue 1 - Monaco : Pietro Pellegri, 16 ans, le nouveau diamant du Rocher ?
Pietro Pellegri, au centre, est l'un des plus grands espoirs du foot italien. @ MARCO BERTORELLO / AFP
Partagez sur :

L’AS Monaco a recruté pour 20 millions d’euros le tout jeune attaquant italien Pietro Pellegri, phénomène âgé de seulement 16 ans.

Monaco n’a pas les moyens de s’acheter les meilleurs joueurs du monde, mais le club de la Principauté sait repérer les pépites de demain. Les dirigeants monégasques, passés maîtres dans l’art de dénicher les perles rares pour les revendre à prix d’or (Mbappé, Mendy, Bernardo Silva, James Rodriguez…), ont une nouvelle fois démontré leur savoir-faire en recrutant le "gamin" italien Pietro Pellegri, âgé d’à peine 16 ans. L’attaquant, acheté 20 millions d’euros au Genoa (hors bonus, selon L’Equipe), a battu tous les records de précocité en Serie A, un championnat pourtant réputé très difficile pour les jeunes joueurs. Voici les cinq choses à savoir sur ce joueur même pas majeur et déjà en pleine lumière.

Un phénomène de précocité. Pietro Pellegri, né le 17 mars 2001 (oui oui !), est un phénomène de précocité, avec déjà 3 buts en 10 matches de Serie A. Il a d’abord égalé au jour près le (très) vieux record du plus jeune joueur à débuter dans le championnat italien, en entrant en jeu en décembre 2016 face au Torino, à 15 ans et neuf mois, soit exactement le même âge qu’Amedeo Amadei avec l’AS Rome en… 1937. Autre record battu par le natif de Gênes : il est devenu le plus jeune joueur à inscrire un doublé le 17 septembre dernier face à la Lazio Rome (3-1), à 16 ans et demi. Il avait inscrit son premier but dans l’élite en mai 2017, contre l’AS Rome, lors du dernier match du "vieux" Francesco Totti sous le maillot de la Louve.

Malgré ces records, Pietro Pellegri était loin d’être titulaire avec son club formateur. Depuis novembre, il n’a disputé que cinq minutes en championnat et 20 minutes en Coupe d’Italie, son entraîneur, Davide Ballardini, lui préférant des attaquants plus expérimentés. Le coach du Genoa, formateur réputé en Italie, ne tarit pourtant pas d’éloges sur son ancien joueur. "Pour moi, il est destiné à devenir l’un des plus grands avants-centres italien, et même peut être le plus fort de tous les temps. A mon avis, il a toutes les qualités…", avait déclaré Ballardini, le mois dernier en conférence de presse.

Un physique de déménageur. Parmi ses qualités premières, Pietro Pellegri affiche un physique hors-normes. Doté d’une taille impressionnante pour ses 16 ans (1,88 m et 80 kilos selon le site de l’AS Monaco, mais 1,96 m et 78 kilos selon le site de la Serie A…), il a des allures de "déménageur" sur le terrain. "Il est très puissant mais avant, il n’attaquait jamais la profondeur, il voulait jouer uniquement dos au but. Il a déjà beaucoup changé, son pied gauche s’améliore (il est droitier, ndlr)", avait assuré son ancien coach au Genoa, le Croate Ivan Juric.

Mais à 16 ans, sa marge de progression reste considérable. "C’est un garçon encore si jeune. Il va encore beaucoup grandir d’un point de vue physique, technique, tactique et aussi, disons-le comme ça, au niveau de sa personnalité", a ajouté Davide Ballardini.

Quand il marque, son père éclate en sanglots. Précoce sur le terrain, Pietro Pellegri étonne également en dehors. Sa maturité n’a pas manqué de susciter les louanges des médias transalpins, comme le relève le correspondant d’Europe 1 en Italie, Olivier Cougard. Il faut dire que le jeune Génois est allé à bonne école : son père Marco, dont il est très proche, est le manager du Genoa. Le paternel, qui suit attentivement l’évolution de son fils, avait même éclaté en sanglots sur le banc lors de son doublé contre la Lazio. Quelques minutes tard, Pietro Pellegri, très ému par les images de son père, avait pleuré devant les caméras de télévision. Le jeune attaquant, qui vivait jusqu'alors chez sa mère, va désormais devoir apprendre à vivre loin de sa famille. Même si Monaco et Gênes ne sont séparées que par 180 kilomètres.

Les larmes du père de Pellegri : 

Monaco l’a soufflé à la Juventus. Pietro Pellegri a bien failli ne jamais traverser les Alpes. En effet, quasiment tous les médias italiens annonçaient ces derniers jours sa signature à la Juventus Turin. "Les Italiens sont très surpris. La Juve tenait la corde. Les journaux italiens assuraient qu’il allait signer et être prêté au Genoa dans la foulée pour s’aguerrir encore quelque temps. Mais Monaco a pris le dessus au dernier moment. Ça s’est fait en 48 heures", raconte notre correspondant en Italie.

La réputation de l’AS Monaco, club formateur par excellence, a fait la différence pour Pellegri et sa famille. "Les exemples de Kylian Mbappé ou de Benjamin Mendy, qui ont joué alors qu’ils étaient très jeunes, ont convaincu le clan Pellegri. Monaco a la réputation en Italie de miser sur les jeunes et de les faire grandir. Leonardo Jardim est également considéré comme un très grand entraîneur", appuie Olivier Cougard. Et l’Italie pleure une nouvelle fois la perte d’un grand espoir vers la France, comme lors du départ de Marco Verratti pour le PSG en 2012…

Zlatan, son modèle. Si nul ne sait quel destin attend Pellegri, le jeune Italien a pour modèle un certain Zlatan Ibrahimovic. Les comparaisons avec le Suédois, passé par les plus grands clubs transalpins (Juve, Inter, AC Milan) avant de devenir la star du PSG, reviennent souvent en raison de leurs caractéristiques communes, une grande taille couplée à un vrai sens du but. Mais avant de penser à marquer l’histoire, Pellegri devra déjà se faire une place à Monaco, dans un secteur offensif riche avec Radamel Falcao, Keita Baldé ou Stevan Jovetic. Même avec le poids d’un transfert à 20 millions d’euros, le jeune Italien a largement le temps de faire ses preuves.