Les grands rendez-vous de l'année sportive 2018

  • A
  • A
Partagez sur :

Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang, Coupe du monde de football en Russie, mais pas seulement. Le menu de l'année 2018 est très copieux !

Qui dit année paire, dit année olympique et année de grande compétition de football. Après le combo Euro-JO d'été en 2016, place en 2018 au duo JO d'hiver-Coupe du monde de football, pas moins excitant. Mais ces deux grands rendez-vous, qui nous obligeront à quelques ajustements d'agenda pour en profiter pleinement (huit heures d'écart avec Pyeongchang, où auront lieu les JO, et quelques heures avec la Russie en fonction du fuseau horaire), ne sont pas les seuls immanquables de l'année. Europe 1 a listé tous les grands événements à ne pas manquer de cette année sportive (et festive).

Du 12 au 28 janvier : Euro hommes de handball, en Croatie. Moins d'un mois après les filles, les garçons du handball sont à leur tour sur le pont, pour leur Euro en Croatie. La Croatie, un adversaire de poids, mais aussi un excellent souvenir pour les Bleus, qui s'y étaient imposés lors du Mondial 2009 au terme d'une finale haletante face au pays hôte. Médaillés d'argent aux derniers JO et champions du monde l'an dernier, les joueurs du duo Onesta-Dinart ont l'occasion de remettre l'église au milieu du village et la France au sommet de l'Europe après un Euro 2016 raté (élimination dès le tour principal).

Du 9 au 25 février : Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud. Après la moisson historique de Sotchi (quinze médailles, dont quatre en or), l'équipe olympique tricolore tentera de faire mieux sur les pistes sud-coréennes. Le porte-drapeau de la délégation française sera aussi le sportif le plus attendu : Martin Fourcade, trois breloques, dont deux en or, en Russie. En ski alpin, Alexis Pinturault et Tessa Worley seront les deux meilleures chances de médailles françaises, médaille que convoitera également le couple Guillaume Cizeron et Gabriella Papadakis en danse sur glace.

14 février et 6 mars : huitième de finale de Ligue des champions, Real-PSG. Le PSG, vainqueur de son groupe, a tiré l'adversaire le plus redoutable en huitièmes de finale, avec le Real Madrid, double tenant du titre. Real-PSG, c'est le duel entre Cristiano Ronaldo, quintuple Ballon d'Or, et Neymar, venu à Paris pour le décrocher. PSG-Real, c'est aussi le retour en France de Zinédine Zidane et celui sur une pelouse de Karim Benzema. C'est enfin une formidable affiche dont on regrette un peu qu'elle ne puisse être celle de la finale, qui aura lieu le samedi 26 mai à Kiev, en Ukraine.

Du 27 mai au 10 juin : Roland-Garros. Rafael Nadal peut-il aller au-delà de l'imaginable  et gagner un onzième titre Porte d'Auteuil ? Si le physique tient, tout est possible, quand on voit la forme affichée lors de l'US Open l'été dernier. Son adversaire principal ne devrait pas être Roger Federer, qui, selon toute vraisemblance, fera l'impasse sur la saison de terre battue comme il a l'a fait en 2017. En revanche, Novak Djokovic et Andy Murray pourraient être de retour aux affaires pour contrarier la conquête de la "undécima" du Majorquin.

Du 14 juin au 15 juillet : Coupe du monde de football, en Russie. La qualification a été un brin poussive à obtenir, mais les Bleus seront bien présents en Russie, l'été prochain, et avec des ambitions. Comment ne pas en avoir quand on compte dans ses rangs des joueurs comme Kylian Mbappé, Antoine Griezmann, Ousmane Dembélé ou Anthony Martial. L'Allemagne, vainqueur avec brio de la dernière Coupe des confédérations, et le Brésil de Neymar seront deux des équipes à battre.

24 juin : Grand Prix de Formule 1 de France, au Castellet. Près de dix ans que les amateurs de sport mécanique en France attendaient le retour des moteurs vrombissants dans l'Hexagone. Magny-Cours laissé de côté, ce sera sur le circuit Paul-Ricard, au Castellet, dans le Var, qui n'a plus accueilli la F1 depuis 1990 et une victoire d'Alain Prost. Des idées pour son compatriote Esteban Ocon ?

Du 7 au 29 juillet : Tour de France. Le récent contrôle "anormal" subi par Christopher Froome sur le dernier Tour d'Espagne redistribue forcément les cartes avant la prochaine Grande Boucle. Cette affaire ne devrait pas être réglée l'été venu et, s'il est présent au départ de Noirmoutier, Froome ne le sera assurément pas dans un état d'esprit apaisé. Ses adversaires, le Néerlandais Tom Dumoulin et le Français Romain Bardet en tête, pourraient en profiter pour mettre fin à sa série de trois victoires consécutives.

Du 4 au 12 août : Gay Games, à Paris. Pour la première fois, les Gay Games, créés en 1982 à San Francisco, auront lieu en France, cet été. Évidemment, il s'agit là d'un événement autant festif que sportif, destiné d'abord aux athlètes LGBT mais ouvert à tous. Il devrait donner une première idée, ludique et colorée, de ce que Paris connaîtra en 2024 avec les Jeux olympiques.

Du 28 au 30 septembre : Ryder Cup, à Saint-Quentin-en-Yvelines. Attention, événement ! La plus prestigieuse des compétitions de golf par équipes, la Ryder Cup, créée en 1927 et qui oppose les États-Unis à l'Europe, se tiendra pour la première fois en France, sur le parcours du Golf national, dans les Yvelines. Après trois victoires consécutives, le Vieux continent a laissé filer le trophée fin 2016, dans le Minnesota. Il tentera de le reconquérir avec, dans ses rangs, on l'espère, un ou deux golfeurs tricolores.

Du 29 novembre au 16 décembre : Euro femmes de handball. Après s'être installée sur le toit du monde en Allemagne, l'équipe de France féminine de handball va tenter de remporter le premier titre européen de son histoire. Un succès à domicile dans un grand tournoi international, comme l'ont fait leurs homologues masculins lors des Mondiaux 2001 et 2017, permettrait d'asseoir encore un peu plus la popularité des filles d'Olivier Krumbholz.

Et aussi :

Du 2 au 4 février : premier tour de la Coupe Davis France/Pays-Bas. La bande à Yannick Noah remet son titre en jeu. Mais avec quels joueurs ?

10 mars : 5ème journée du Tournoi des six nations France-Angleterre. Les Bleus n'ont plus gagné le Tournoi depuis 2010. Et autant vous dire qu'après ce qu'ils ont montré en 2017, ils ne sont pas favoris de l'édition 2018.

8 avril : Paris-Roubaix. Pas un coureur français ne s'est imposé sur le Vélodrome de Roubaix depuis plus de vingt ans maintenant (Frédéric Guesdon en 1997). À Arnaud Démare et autre Adrien Petit d'écrire l'histoire.

16 mai : finale de la Ligue Europa à Lyon. L'Olympique lyonnais devra d'abord passer l'obstacle Villareal en seizième de finale pour espérer disputer une finale européenne dans son stade, ce qui serait une sacrée belle histoire.

2 juin : finale du Top 14 au Stade de France. Six finales et six champions différents depuis 2012. Clermont, vainqueur en 2017, est prévenu.