Foot : la justice enquête sur le transfert d'Ousmane Dembélé

  • A
  • A
Foot : la justice enquête sur le transfert d'Ousmane Dembélé
L'agent de Ousmane Dembelé est intervenu pour finaliser, en mai dernier, l'accord entre l'attaquant des Bleus (19 ans, 5 sélections), le Borussia Dortmund et le Stade Rennais@ AFP / PATRIK STOLLARZ
Partagez sur :

La FFF veut éclairer les conditions troubles du transfert de l'attaquant français, notamment pour dénoncer l'exercice illégal de la profession d'agent par l'agent d'Ousmane Dembélé.

Le transfert d'Ousmane Dembélé de Rennes à Dortmund est dans le collimateur de la justice. Le Parisien révèle que la Fédération française de football (FFF) vient de saisir le procureur de la République pour dénoncer un exercice supposé illégal de la profession d'agent par Moussa Sissoko, qui représente les intérêts du joueur de l'équipe de France. Un délit passible d'une peine d'un an de prison et de poursuites à l'encontre d'Ousmane Dembélé et Rennes, son club formateur. 

Un litige entre agents. En mai 2016, le jeune attaquant français, qui évoluait alors au Stade rennais, était l'attraction du mercato estival. Tous les clubs se l'arrachaient. Il avait fini par donner son accord au club allemand du Borussia Dortmund. A l'époque, le joueur était représenté par Martial Kodjia, un agent licencié par la FFF. Mais ce dernier a été évincé dans des conditions "très troubles", précise le quotidien.

C'est bien Moussa Sissoko, français mais non-détenteur d'une licence d'agent français, qui est intervenu pour finaliser les derniers détails de l'accord entre les deux clubs. Le transfert est conclu pour un montant de 15 millions d'euros, avec un pourcentage important sur la revente ultérieure du joueur que le Stade rennais pourra toucher. A la clé, Moussa Sissoko aurait perçu une commission de 2,2 millions d'euros, plus 800.000 euros de bonus, intégralement payés par le club allemand. 

Une pratique encadrée en France. Il y a un hic. La commission des agents de la FFF a établi, fin mars, un lien professionnel entre Moussa Sissoko et le Stade rennais. Sissoko reconnaît pourtant exercer le métier d'agent en France, bien qu'il ne possède pas la licence d'agent, indique le Parisien. Or, la pratique d'agent sportif est très encadrée en France, contrairement à l'étranger où elle est libéralisée depuis 2015. Dans l'Hexagone, elle est réservée aux personnes détentrices d'une licence délivrée par la FFF. Le Fédération a également décidé de saisir la commission juridique de la Ligue professionnelle de football (LFP)  pour évaluer la responsabilité du Stade rennais dans le dossier.