L1 et L2 : deux montées et deux descentes la saison prochaine

  • A
  • A
L1 et L2 : deux montées et deux descentes la saison prochaine
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Le conseil d'administration de la LFP a voté jeudi le principe de deux montées/deux descentes, entre Ligue 1 et Ligue 2, au lieu de trois actuellement, pour la saison prochaine. 

Deux montées/deux descentes. Petite révolution pour le football professionnel français. Le conseil d'administration de la LFP a voté jeudi le principe de deux montées/deux descentes, entre Ligue 1 et Ligue 2, au lieu de trois actuellement, pour la saison prochaine. Le même principe a été voté pour Ligue 2 et National (au lieu de trois actuellement là aussi), a précisé cette source, confirmant une information de L'Equipe.fr.

"Une décision importante". Si pour le passage L1/L2, le vote du conseil d'administration de la LFP suffit, pour L2/National, il faut encore l'aval en assemblée de la Fédération française de football (FFF), qui gère le National. "C'est une décision importante pour l'avenir et la modernisation du football, a expliqué Frédéric Thiriez, le président de la LFP sur L'Equipe.fr. A la quasi unanimité, cela a été accepté. L'idée est de dire que les investisseurs ont besoin d'un peu plus de sécurité. Trois montées, trois descentes, c'est trop."

Améliorer la compétitivité du foot français. L'Union des clubs professionnels de football (UCPF) avait déjà apporté, le 23 avril, son soutien à cette proposition de deux montées et deux descentes seulement en L1 et L2, et L2 et National, contre trois actuellement, recommandation contenue dans un rapport sur l'amélioration de la compétitivité du foot français rédigé par Pierre Dréossi et Frédéric de Saint-Sernin, deux anciens dirigeants de Rennes.

Quels effets attendre ? Frédéric Thiriez a évoqué "un peu plus de sécurité" pour les clubs en place : une équipe en moins sera condamnée à descendre en division inférieure. Cette réforme va donc apporter un peu plus de stabilité aux clubs. En revanche, elle va contribuer à figer davantage les places : s'il sera plus difficile de quitter la Ligue 1 et la Ligue 2, il sera aussi plus compliqué d'y accéder pour les nouveaux entrants. La réforme va donc dans le sens des grands clubs déjà établis mais constitue un obstacle de plus pour les plus petites formations en plein développement.