JO de Rio 2016-Équitation : trop brusques avec leurs chevaux, deux cavaliers ont été disqualifiés

  • A
  • A
JO de Rio 2016-Équitation : trop brusques avec leurs chevaux, deux cavaliers ont été disqualifiés
Nicola Philippaerts y est allé trop fort avec les éperons. @ John MACDOUGALL / AFP
Partagez sur :

Le Néerlandais Jur Vrieling et le Belge Nicola Philippaerts ont abusé des éperons et de la cravache lors de l'épreuve individuelle de saut d'obstacles.

T'AS VU ?

Le jury des épreuves olympiques d'équitation a mis les choses au clair : il sera intransigeant envers les cavaliers qui voudraient abuser de la cravache et des éperons pour "booster" leurs montures. Dimanche lors de l'épreuve du saut d'obstacles individuel, deux cavaliers un peu trop brutaux ont fait les frais du règlement, en étant tout simplement disqualifiés de la compétition par les juges. 

Cravache et éperons. Le Néerlandais Jur Vrieling a d'abord subi la loi des juges pour un abus de cravache à l'encontre de son cheval de douze ans, Zirocco Blue, qui lui avait refusé deux obstacles. Son concurrent belge Nicola Philippaerts a connu les mêmes difficultés avec Zilverstar T, son cheval qui a essuyé deux refus d'obstacles également, avant d'essayer de compenser en y allant un peu trop fort avec les éperons. Là encore, le jury a été intraitable et le Belge disqualifié. 

Règlement clair. Logiquement déçus par cette décision du jury, les deux cavaliers n'y pourront rien. En effet, le règlement de la fédération internationale d'équitation est très clair : le respect et la santé du cheval passent avant la performance, et la disqualification est obligatoire lorsque les cavaliers dérogent à ces règles.

Capture

Article 242.3. du règlement du saut d'obstacles @FEI


La santé d'abord. Vrieling et Philippaerts auraient peut-être mieux fait de suivre le bel exemple de la Néerlandaise Adeline Cornelissen, grande chance de médaille au dressage, mais qui avait décidé de renoncer en pleine épreuve, consciente des souffrances de son cheval malade qu'elle avait déjà couvé toute la nuit précédente, en allant dormir dans les écuries. Entre ce beau geste et un abus de cravache, il y a deux écoles…