JO 2024 : découvrez le tracé de l'épreuve cycliste proposé au CIO

  • A
  • A
Partagez sur :

Europe 1 s'est procuré l'avant-projet de la Fédération française de cyclisme pour le parcours de la course en ligne des Jeux olympiques de Paris 2024. Proposé au CIO, le tracé fait la part belle à la Vallée de Chevreuse.

INFO EUROPE 1

C'est le grand absent de la carte des sites proposés par le comité d'organisation de Paris 2024. Si l'on sait déjà où se dérouleront les épreuves de cyclisme sur piste, de VTT et de BMX (à Saint-Quentin-en-Yvelines et aux alentours), le parcours de la course sur route restait jusqu'à présent une énigme. Mais d'après les informations qu'Europe 1 a recueillies, la Fédération française de cyclisme a déjà une idée précise de ce qu'elle souhaite faire. Une première mouture a même été présentée au CIO lors de la visite de la commission d'évaluation en mai dernier. Europe 1 vous en dévoile les contours.

Une première partie dans Paris intra-muros. Ce projet de parcours, qui ne sera validé qu'après le "test-event" ayant lieu un an avant les Jeux, prévoit une première partie d'épreuve entièrement courue dans Paris intra-muros. Partants du quai Branly, à l'ouest de la capitale, les coureurs sillonneront ensuite les rues et boulevards de la ville, dans ce que la fédération considère comme "une découverte des grands monuments de Paris".

La volonté de la Fédération de mettre en valeur des lieux importants de l'histoire du sport cycliste amènera les coureurs à rejoindre le bois de Vincennes, où ils passeront à proximité de l'INSEP ou du Vélodrome Jacques Anquetil, nouvelle dénomination de l'antique Cipale. Un passage devant le bâtiment où, le 14 avril 1900, l'Union cycliste internationale a été créée, est également prévu.

La Vallée de Chevreuse comme juge de paix. Au terme de cette première partie urbaine, le peloton prendra la direction du sud-ouest et rejoindra notamment les abords du château de Versailles. Il continuera ensuite sa route jusqu'à la Vallée de Chevreuse, bien connue des cyclistes franciliens pour ses nombreuses difficultés. C'est probablement dans les multiples côtes qui jalonnent la région que les grandes manœuvres débuteront.

Une arrivée au pied de la Tour Eiffel. À cette possible bataille dans les vallons des Yvelines succédera un retour vers Paris, via un dernier tronçon "au profil descendant" selon la Fédération. Une dernière partie qui devrait être longue d'au moins une vingtaine de kilomètres.

L'arrivée sera jugée sur le pont d'Iéna, en face de la Tour Eiffel. Un site d'arrivée qui devrait être mutualisé avec d'autres sports, notamment le triathlon. Un passage sur les Champs-Élysées, clin d’œil à l'arrivée du Tour de France, est également prévu, lors de la première ou de la dernière partie de la course.

Un contre-la-montre exclusivement parisien. Les épreuves chronométrées, elles, se dérouleront exclusivement dans Paris intra-muros. La fédération promet un parcours roulant, empruntant des grands boulevards permettant d'éviter freinages et changements de direction.

La famille cycliste regroupée dans les Yvelines

En traçant un parcours qui emprunte longuement les routes des Yvelines, la Fédération souhaite proposer une "unité géographique" aux épreuves de cyclisme, ce que la FFC présente comme une première aux JO.

Elle espère ainsi que les fédérations installeront leurs coureurs à proximité des sites (notamment celui de Saint-Quentin-en-Yvelines qui accueille la piste et le BMX), plutôt qu'au village olympique.