JO 2024 à Paris : Teddy Riner veut "énormément de médailles"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le double champion olympique de judo Teddy Riner s'est réjoui au micro d'Europe 1 de pouvoir organiser les Jeux olympiques à Paris en 2024. Et pourquoi pas d'y participer aussi.

Les Jeux olympiques 2024 à Paris, c'est presque fait. En effet, Los Angeles a passé un accord avec le CIO pour organiser les JO 2028, offrant quasi définitivement la victoire pour 2024 à Paris. Un pas en avant décisif, salué par l'ensemble des acteurs du dossier, d'Emmanuel Macron à Tony Estanguet, en passant par Anne Hidalgo. Double champion olympique de judo, porte-drapeau de la délégation française à Rio, Teddy Riner se réjouit également de la perspective d'organiser les JO en France... surtout qu'il pourrait bien y participer.

Joie et prudence. "C'est une immense joie pour nous, la Commission des athlètes, d'avoir ramené ce dossier à la maison, de pouvoir se dire que les Jeux 2024 sont à nous puisque Los Angeles préfère prendre 2028", s'enthousiasme le champion français au micro d'Europe 1. Mais le dossier a connu tellement de rebondissements que Teddy Riner préfère rester prudent. "Je reste sur mes gardes. Tant que sur le dossier c'est pas marqué : 'le CIO accorde les Jeux olympiques 2024 à Paris', je préfère attendre le 13 septembre pour être sûr à 100% qu'il n'y ait pas de loupé."

"Ça ne va pas nous coûter grand-chose". Ce qui n'empêche pas le judoka de se projeter en 2024. "Ça va être un changement pour tout le monde, en France et beaucoup à Paris. Il va falloir préparer les Jeux et mobiliser tout le monde, notamment les jeunes pour ramener un maximum de médailles en 2024", lance Teddy Riner. Même s'il est bien conscient qu'il faudra encore convaincre une partie des Français : "Il y a un aspect des Jeux qui fait peur à la population, c'est que ça va coûter très cher. Mais non, il faut se souvenir que 95% des infrastructures sont déjà construites. Donc il ne reste que 5% à construire et en plus beaucoup de choses seront éphémères", rappelle l'octuple champion du monde. "C'est un point qui a plu au CIO je pense. Il faut savoir que le CIO va nous donner un chèque d'un milliard et demi d'euros. Donc côté coût, ça ne va pas nous revenir à grand-chose. Mieux, ça va créer beaucoup d'emplois pour notre jeunesse", insiste-t-il.

Viser le top trois des nations, avec ou sans lui. Sur le plan sportif, Teddy Riner veut que la France soit ambitieuse. "Lorsqu'on a les Jeux olympiques à la maison, tout le monde est qualifié. Donc ça veut dire qu'on aura beaucoup d'athlètes français en lice en 2024", explique-t-il. "On veut ramener énormément de médailles dans sept ans et être parmi les meilleures nations. On vise le top trois." Et lui dans tout ça ? Teddy Riner fera-t-il rêver les Français à Paris ? "J'ai envie de prolonger jusqu'en 2024. Mais pour l'instant je suis vraiment focalisé sur Tokyo 2020", tempère le judoka, qui sera âgé de 35 ans en 2024. Il ouvre tout de même la porte à une carrière prolongée : "Si le corps et l'envie sont encore là, bien sûr que je pousserai jusqu'à Paris. Et puis, si ce n'est pas sur un tatami, j'aurai de toute manière un badge 'all access' !", conclut-il en riant.