Jeux paralympiques : pourquoi quatre athlètes malvoyants ont-ils couru plus vite que des valides ?

  • A
  • A
Jeux paralympiques : pourquoi quatre athlètes malvoyants ont-ils couru plus vite que des valides ?
Abdellatif Baka (à gauche) a explosé le temps de son homologue valide sur le 1.500 mètres@ YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :

3 QUESTIONS A - Alors que les performances des athlètes paralympiques sont souvent moins élevées que celles des valides, pourquoi ces quatre coureurs ont-ils été meilleurs ? 

INTERVIEW

Abdellatif Baka, Tamiru Demisse, Henry Kirwa et Fouad Baka sont tous les quatre malvoyants mais ils ont couru la finale des jeux paralympiques du 1.500 mètres en moins de 3 min 50 battant ainsi le temps du champion olympique valide, Matthew Centrowitz. Un résultat qui impressionne mais demande aussi quelques explications. Florian Gaudin-Winer, rédacteur en chef d'Athlétisme magazine, le magazine de la fédération française d'athlétisme revient sur ce phénomène qui n'a rien d'étonnant. 

Avec de tels résultats, pourquoi ne peuvent-ils concourir avec les athlètes valides ? 

Avant tout, il faut remettre ces temps dans leur contexte. La course des athlètes valides a été une course tactique comme cela peut être le cas pour les courses de demi-fond (à partir de 800 mètres). Les athlètes courent en pensant à la place qu'ils occuperont et pas au chronomètre. C'est pour cette raison que les athlètes se sont regardé pendant 1.100 mètres. Ils étaient presque en footing par rapport à leurs capacités réelles. Mais tout s'est joué dans le dernier tour qui a été très rapide. On est passés d'une moyenne d'1 min 05 par tour à un dernier tour couvert en seulement 50 secondes. La course handisport a été plus régulière. Les athlètes ont couru à un rythme rapide du départ à l'arrivée. L'aspect tactique a été beaucoup moins important que lors de la course des valides aux Jeux olympiques. 

Peut-on vraiment comparer les performances des athlètes paralympiques avec celles des valides ? 

Cela ne retire rien aux athlètes handisport mais la comparaison n'est pas possible avec les athlètes valides. Les malvoyants ont terminé leur course aux alentours de 3 min 50 tandis que le record du monde est à 3 min 26 et que les records personnels des coureurs valides est de 3 min 30. La course des jeux de 2016 était particulièrement lente.

Donc si l'on regarde uniquement les capacités de course, les temps des sportifs paralympiques ne sont pas suffisants pour être sélectionnés ne serait-ce que pour le championnat de France du 1.500 mètres. Il y a un véritable écart de niveau au-delà du handicap. Ces différences de niveau pourraient s'expliquer par le fait qu'il y a moins d'athlètes malvoyants et donc moins d'émulation. Mais pour atteindre de telles performances, ils ont tout de même un entraînement très sérieux.

Peut-on imaginer des courses communes aux malvoyants et aux valides ?

Pour des athlètes qui ne bénéficient d'aucune aide extérieure comme un guide ou autre, cela me paraît tout à fait envisageable surtout pour les distances de 100, 200 ou 400 mètres. Mais pour les aveugles ou les athlètes qui ont des "lames", cela me paraît difficile pour des questions d'équité. Des études scientifiques sont toujours en cours pour déterminer si cet équipement peut améliorer les capacités ou non. 

Par ailleurs rien n'empêcherait un athlète malvoyant de s'inscrire parmi les valides puisque les seuls examens requis sont ceux pour détecter des traces de dopage. Les sportifs n'ont pas à "prouver" qu'ils sont valides contrairement aux handicapés qui doivent subir des examens poussés [pour déterminer leur degré de handicap]. Cela permet aux fédérations de les classer par catégories pour avoir le plus d'équité possible.