France-Allemagne, toute une histoire

  • A
  • A
France-Allemagne, toute une histoire
@ STAFF / AFP
Partagez sur :

France-Allemagne, c’est une première dans l’Euro. Mais les deux équipes se sont déjà affrontées quatre fois en Coupe du monde. 

LAB 1.0

France-Allemagne en demi-finale. Pour les connaisseurs du football, cela rappelle forcément des souvenirs. Et bien souvent de mauvais souvenirs. Celui du Mondial 1982, d’abord, et la cruelle élimination de Séville. Celui de 1986 ensuite, avec une défaite plus nette à Guadalajara, lors du Mondial mexicain. Mais outre ces deux confrontations, les deux équipes se sont rencontrées à deux autres reprises, en 1958 et en 2014, encore en Coupe du monde. Vous l’aurez compris, l’affiche est donc inédite lors d’un Euro. Avant un nouveau chapitre jeudi pour une place en finale de l'Euro, retour sur un duel historique entre deux grandes nations du football mondial.

  • 1958 : la première, et la seule victoire

Ce match là ne vient pas tout de suite à l’esprit, et c’est bien dommage. D’abord parce qu’il s’agit tout simplement de la seule et unique victoire de la France face à l’Allemagne lors d’une grande compétition internationale. Ensuite parce que la rencontre avait été marqué par neuf buts, pas moins, pour une victoire 6-3 de nos Bleus ; un score fleuve comme seul le football d’antan pouvait en offrir. Enfin parce que cette victoire avait offert à l’équipe de France la 3e place de la Coupe du monde suédoise.

A noter dans cette petite finale le quadruplé de Just Fontaine, qui lui permit d’atteindre le chiffre ahurissant de 13 buts lors d’un même Mondial, record qui devrait tenir encore quelque temps.

  • 1982 : la blessure

Est-il vraiment utile de revenir encore sur cette rencontre ? A chaque fois qu’on y pense en tout cas, on a mal à notre chauvinisme. Tout, dans cette chaude soirée sévillane, a tourné à la tragédie pour le football tricolore. La sortie, pardon l’attentat, du gardien allemand Schumacher sur Battiston, en premier lieu. Bilan pour le joueur français : un traumatisme crânien et trois dents cassées. Bilan pour le portier de la Mannschaft : rien du tout, en fait, pas un carton. Et c’est lui qui deviendra le héros de la demi-finale en stoppant le tir de Maxime Bossis lors de la séance de tirs au but, alors que les Bleus avaient mené 3-1 en prolongation.

  •  1986 : la fin des années Platini

Quatre ans plus tard, au Mexique, il n’y eut pas de revanche. Les Français avaient tout donné en quart de finale face au Brésil, éliminé aux tirs au but grâce notamment à Luis Fernandez. Contre la Mannschaft, les partenaires de Michel Platini, blessé, n’ont plus de jus. Andreas Brehme ouvre le score à la 9e minute, Rudi Völler le clôt en fin de match. C’est la fin de l’aventure mexicaine, et surtout la fin d’une génération dorée. Le football français mettra une bonne décennie à s’en remettre.

  • 2014 : la leçon allemande

Pas de demi cette fois, mais un quart de finale lors du Mondial brésilien. Alors que les Français se remettent tout juste du scandale de Knysna (le bus de la honte, tout ça…) quatre ans plus tôt, les Allemands semblent plus forts que jamais. Et c’est l’expérience qui paye, avec un but de la tête de Hummels qui prend le meilleur sur Varane (en faisant faute, diront certains) dans la surface à la 13e minute. La Mannschaft s’appuie ensuite sur sa défense de fer et sur Manuel Neuer, meilleur gardien du monde à ce moment-là pour résister aux attaques françaises. Deux ans plus tard, les Français ont grandi. L’heure de la revanche a sonné.