Serbie-Albanie : un drone, un drapeau puis le chaos

  • A
  • A
Serbie-Albanie : un drone, un drapeau puis le chaos
@ REUTERS
Partagez sur :

EURO 2016 - Le match entre la Serbie et l'Albanie a été interrompu après l'apparition d'un drapeau pro-albanais.

La Fédération serbe de football, en accord avec l'UEFA, avait décidé d'interdire la présence de supporters albanais dans le stade du Partizan, à Belgrade, pour le match entre la Serbie et l'Albanie, comptant pour les qualifications de l'Euro 2016. Cela n'a pas empêché cette rencontre à haute teneur politique d'être définitivement interrompue peu avant la pause, mardi. En cause : un drone.

Un drone provoque une gigantesque échauffourée :

L'un de ses engins télécommandés a en effet fait son apparition au-dessus de la pelouse, avec, au bout de deux fils, un drapeau pro-albanais qui portait l'inscription "Autochtonous" ("autochtones"), ainsi que la date de création du pays (1912) et une carte de la "Grande Albanie", c'est-à-dire l'Albanie actuelle augmentée de territoires voisins (sud de la Serbie, partie de la Macédoine, de la Bosnie...). Le défenseur serbe Stefan Mitrovic a "descendu" ce drapeau fortement connoté avec une certaine vigueur, provoquant l'ire de plusieurs joueurs albanais venus ensuite l'invectiver.



La situation a dégénéré et des fans serbes (ici à gauche) ont même visiblement réussi à investir la pelouse pour venir en découdre avec les joueurs albanais, comme on peut le voir sur cette vidéo.

Parmi ces assaillants, plusieurs journalistes italiens rapportent la présence d'Ivan Bogdanov, célèbre dans le milieu hooligan, notamment pour avoir initié les incidents lors d'Italie-Serbie en octobre 2010, à Gênes. Lors de cette rencontre, celui qui est surnommé "Ivan le Terrible" avait notamment brûlé un drapeau albanais...



L'arbitre de la rencontre, l'Anglais Martin Atkinson, n'a eu d'autre choix que d'interrompre la rencontre alors que le score était encore de 0-0. L'Albanie et la Serbie entretiennent des relations diplomatiques tendues, surtout depuis l'indépendance du Kosovo, en 2008. Signe de ce ressentiment permanent, un drapeau de l'OTAN a été brûlé dans les tribunes par des supporters serbes.

Les supporters serbes (960x640)

© REUTERS

Le frère du Premier ministre albanais dément. Quelques heures seulement après l'interruption définitive de la rencontre, les autorités serbes avaient annoncé avoir arrêté un responsable : le frère du Premier ministre albanais. Mais Osli Rama est rentré à Tirana, la capitale, et a démenti être lié de quelle que manière que ce soit avec cet évènement. Selon la télévision d'État serbe, les autorités à Belgrade soupçonnent bien le frère du Premier ministre albanais d'avoir organisé l'incident et télécommandé le drone. En revanche, la police s'est bornée jusqu'à présent à préciser qu'une enquête était en cours.

Une épine dans le pied dans l'UEFA. D'un point de vue sportif, l'UEFA va devoir se prononcer sur un dossier épineux car les incidents ont débuté en raison d'un élément extérieur au stade. Mardi soir, beaucoup d’observateurs se demandaient pourquoi l'UEFA n'avait pas décidé d'éviter une telle rencontre au moment du tirage au sort.

L'organe de régulation du football européen a en effet la possibilité, si elle l'estime nécessaire en raison de tensions politiques, d'empêcher la présence de deux mêmes pays dans un groupe. Pour ces éliminatoires de l'Euro 2016, elle l'a d'ailleurs fait pour l'Azerbaïdjan et l'Arménie ainsi que pour l'Espagne et Gibraltar, qui ne pouvaient pas se rencontrer.